Robeco affiche une forte collecte nette au premier semestre

le 16/08/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La collecte a été soutenue par les investisseurs institutionnels néerlandais. La couverture sur les changes pèse sur le résultat

La perspective probable d’une cession de Robeco, officielle depuis le mois de juin, va-t-elle décourager les investisseurs? Pas a priori, si l’on en croit les chiffres publiés par la filiale de gestion du néerlandais Rabobank au premier semestre. Elle a en effet enregistré une collecte nette de 17 milliards d’euros.

«Les souscriptions nettes des clients institutionnels ont été fortes, notamment en provenance des Pays-Bas, portant la proportion d’actifs gérés pour le compte d’institutionnels à 51%, contre 46% au premier semestre 2011», indique Robeco dans son communiqué.

Cette performance a largement contribué à porter ses actifs sous gestion à 179 milliards d’euros en moyenne semestrielle. Ce montant représente une progression de 20% par rapport à la moyenne des actifs gérés en 2011.

Cela dit, une analyse d’un trimestre à l’autre témoigne d’un affadissement notable de cette tendance: Robeco avait fait état d’une collecte nette de 15 milliards d’euros au premier trimestre, dont l’essentiel provient du mandat de gestion qui lui a été confié en septembre dernier par Pensioenfonds Vervoer, le fonds de pension du secteur des transports néerlandais.

Les deux milliards d’euros de collecte engrangés au cours des trois mois suivants proviennent principalement des actions américaines, notamment via Robeco Investment Management, et des produits de taux. De nombreux acteurs de la gestion en Europe ont connu des décollectes.

L’augmentation générale des actifs sous gestion au premier semestre a occasionné une hausse des bénéfices, mais celle-ci a été compensée négativement par les opérations de couverture sur les changes, qui ont pesé 24 millions d’euros au premier semestre. En conséquence, le bénéfice net de Robeco accuse une légère baisse de 7,6% par rapport au premier semestre 2011 et atteint 97 millions d’euros.

«Nous sommes confiants en cette période où Robeco travaille étroitement avec Rabobank sur la revue stratégique de notre activité», indique son directeur général Roderick Munsters. Le gérant n’a communiqué aucun élément supplémentaire sur l’état d’avancement de cette revue, alors que, selon plusieurs sources de presse, les offres de reprise non engageantes devaient être déposées la semaine dernière. Aucun candidat ne s’est encore publiquement manifesté.

A lire aussi