Cnooc va devoir convaincre le Canada pour mettre la main sur Nexen

le 24/07/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe énergétique chinois propose de racheter la cible pour 15,1 milliards de dollars. L'opération complète l'acquisition d'Opti Canada

Le logo de Cnooc - Photo Bloomberg

Le géant pétrolier et gazier chinois Cnooc met sur la table 15,1 milliards de dollars en cash pour mettre la main sur le groupe énergétique canadien Nexen. Si cette opération obtient l’aval des actionnaires et des autorités canadiennes, elle servira l’effort de diversification des ressources énergétiques de Pékin et constituera la plus grosse acquisition jamais réalisée par un groupe chinois à l’étranger, selon Bloomberg.

Cnooc, coté à Hong Kong, s’engage à payer 27,5 dollars par action, soit une prime de 61% par rapport au cours de clôture du titre Nexen vendredi dernier sur le Nyse. Cnooc ambitionne de racheter toutes les actions de préférence mais la dette du groupe canadien basé à Calgary restera intacte à 4,3 milliards de dollars, précisent les documents publiés par le chinois. L’offre prévoit une indemnité de rupture de 425 millions de dollars. L'action du huitème pétrolier canadien a bondi de 42,7% hier à 26,4 dollars canadiens.

Avec Nexen, Cnooc compte renforcer sa présence dans les principales régions d’exploitation mondiales, au large de l’Afrique de l’Ouest, en mer du Nord et dans le golfe du Mexique. Nexen est spécialisé dans la production de gaz et de pétrole naturel, de gaz de schiste et de sables bitumineux. Dans ce dernier secteur, Cnooc va pouvoir mettre complètement la main sur le champ du Long Lake dans l’Alberta après avoir déjà racheté Opti Canada l’année dernière.

Les entreprises énergétiques chinoises sont très actives à l’international. Une façon pour le pays, plus gros consommateur d’énergie de la planète, de sécuriser ses approvisionnements. Selon les données de Reuters, les opérations de fusions-acquisitions menées par des groupes chinois à l’étranger ont atteint près 37 milliards de dollars depuis le début de 2012, soit une hausse de plus de 70% sur un an. Un peu plus de 50% des opérations ont été menées au Canada et environ 65% dans le domaine de l’énergie.

Cnooc devra encore convaincre les autorités canadiennes. Celles-ci passent en revue toutes les acquisitions de groupes étrangers supérieures à 330 millions de dollars canadiens pour déterminer si elles sont bénéfiques au pays. Le gouvernement a rejeté l’offre de BHP Billiton sur Potash en 2010. Pour amadouer Ottawa, Cnooc a déjà offert des garanties. Il établira un de ses sièges à Calgary, maintiendra les emplois et le programme d’investissement du groupe et se cotera à la Bourse de Toronto.

A lire aussi