Les gérants cherchent à renforcer leurs relations avec les institutionnels

le 19/01/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’AFG et l’AF2I ont publié une charte prônant des règles de bonne conduite et fournissant une analyse des contraintes pesant sur les investisseurs

La charte de l'AFG et de l'AF2I. Visuel: Agefi

L’AFG (Association française de la gestion financière) et l’AF2I (Association française des investisseurs institutionnels) viennent de publier une charte visant à «conforter la relation entre sociétés de gestion de portefeuille et investisseurs». Ce document a été élaboré par un groupe de travail, lancé il y a six mois à l’initiative de l’AFG et présidé par Jean-Claude Guimiot, directeur général délégué d’Agrica Epargne.

Un certain nombre de «problématiques, telles que la taille de la société de gestion ou le manque d’historiques de performances, empêchent les institutionnels d’investir dans des fonds de sociétés de gestion, notamment de création récente et/ou entrepreneuriales. Or, les investisseurs ont tout intérêt à bénéficier d’une offre large et diversifiée», relève Servane Pfister, responsable commercialisation et vie des acteurs au sein de l’AFG et rapporteur du groupe de travail.

La charte s’articule autour de trois axes, le premier étant l’établissement de règles de bonne conduite. A titre d’exemple, il s’agira, pour la société de gestion, d’indiquer son profil de risque et de sa liquidité et pour l’investisseur, d’informer la société préalablement à toute opération de souscription ou de rachat. «Il s’agit d’un rappel de règles de bon sens», indique Servane Pfister.

Le deuxième axe concerne la mise en place de due diligences de place visant à standardiser les principales questions que se pose un investisseur. Un questionnaire de référence a été élaboré, portant sur des informations générales sur la société de gestion, son organisation ou encore son contrôle des risques.

Enfin, la charte établit une analyse des risques liés à une délégation de gestion financière pour les investisseurs, tels ceux se rapportant au dépositaire des fonds ou les risques opérationnels.

Les gérants et les investisseurs pourront adhérer à cette charte en s’inscrivant sur une liste tenue par l’AFG et publiée sur son site internet. Un comité de suivi sera prochainement mis en place. A plus long terme, «deux des objectifs de cette charte sont de faciliter l’évolution du comportement des institutionnels, peu enclins à accepter une emprise importante sur le fonds ou sur les encours de la société de gestion, et de les inciter à adapter leurs règles internes, qui ne sont pas soumises, à la différence des fonds de fonds, à des contraintes réglementaires», explique Servane Pfister.

A lire aussi