Le marché des bureaux franciliens ralentit après un troisième trimestre 2011 exceptionnel

le 06/01/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après une année 2011 gonflée par les grandes transactions, 2012 sera marquée par un tassement de la demande

L'activité des utilisateurs de bureaux a nettement ralenti au quatrième trimestre en Ile-de-France, d'après les données publiées par Immostat hier. Les transactions locatives ont porté sur 496.000 m² durant les trois derniers mois de l'année, en baisse de 5,4% sur un an et de 35% par rapport au troisième trimestre. Il faut dire que la période de juillet à septembre a été exceptionnelle, en raison du bouclage de très grandes transactions.

Sur l'ensemble de l'année 2011, la demande placée a progressé de 14% à 2,44 millions de m², «bien au-delà de la moyenne décennale qui s'établit à 2,2 millions de m²», relève Richard Malle, directeur de la recherche France chez BNP Paribas Real Estate.

Mais en 2012, l'activité économique en berne pèsera sur le marché locatif de bureaux. «Nous nous attendons à un ralentissement du marché des utilisateurs en 2012 qui restera toutefois soutenu par des moteurs tels que les fins de baux et les réflexions des entreprises sur le coût de l'immobilier dans la perspective du Grenelle de l'environnement. La demande placée devrait être comprise entre 2 et 2,1 millions de m²», indique Virginie Houze chez Jones Lang LaSalle. BNP Paribas Real Estate anticipe pour sa part un volume de transactions compris entre 2 et 2,2.

Dans un contexte toujours incertain, les avantages commerciaux restent élevés, compris entre 1,5 et 2 mois de franchise de loyers par année d'engagement. Ils «sont considérés comme un acquis pour bon nombre d’utilisateurs et demeurent une variable d’ajustement importante dans les négociations», explique Marc-Henri Bladier chez CB Richard Ellis.

IMMOBILIER BUREAU 2011
ZOOM
IMMOBILIER BUREAU 2011

A lire aussi