La France boucle sans souci sa première adjudication de l'année

le 06/01/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Elle a émis près de 8 milliards d'euros d'obligations longues. L'Italie et l'Espagne feront appel au marché la semaine prochaine

Le programme de financement 2012 de la France démarre bien. Hier, l'Agence France Trésor a placé près de 8 milliards d'euros d'obligations longues, un montant en haut de la fourchette indicative.

L'adjudication était très attendue. Elle intervient alors que la France risque de perdre prochainement sa note de crédit AAA. Les investisseurs semblent avoir déjà intégré ce risque à en juger par le niveau de la demande. Le ratio de couverture global (montant demandé sur montant adjugé) est ressorti à 1,88, un niveau comparable à celui de la première adjudication de 2011. Mais il est inférieur au ratio de la dernière adjudication de 2011, en décembre, qui portait sur 4,3 milliards d'euros seulement.

«Dans l'environnement actuel, les adjudications françaises ont été convenables et devraient apaiser les craintes sur l'appétit du marché», estime Orlando Green, stratégiste taux chez Crédit Agricole CIB.

L'Agence France Trésor a rouvert hier quatre lignes dont les maturités s'échelonnent entre 10 et 30 ans. Les taux obtenus sont proches de ceux fixés lors des précédentes adjudications. Les obligations à maturité octobre 2021 ont été mises à prix à 3,29% contre 3,18% en décembre et 3,22% en novembre.

Malgré les tensions et les inquiétudes sur le marché de la dette souveraine, le coût du financement de la France reste sous contrôle. En 2010 et 2011, le coût de financement moyen de la dette à plus d'un an est ressorti à 2,53% et 2,8% respectivement. Depuis la création de l'euro, le pays ne s'est jamais financé à si bon compte. Pour 2012, les rendements de la dette française sont pour le moment inférieurs aux prévisions indiquées dans la loi de Finances. Le rendement à 10 ans y est anticipé à 3,7 % et celui des BTF à 1,4 % alors que les titres courts placés en début de semaine ont été mis à prix avec un rendement proche de 0 %.

Malgré l'adjudication satisfaisante de la France, la tension est montée hier sur les rendements des pays périphériques. Le taux à 10 ans italien est repassé au-dessus de 7% après s'être écarté de 15 points de base (pb). Le rendement long espagnol s'est par ailleurs tendu de 21 pb à 5,56%. Un mouvement malvenu alors que l'Italie et l'Espagne doivent faire appel au marché la semaine prochaine.

A lire aussi