La croissance américaine reste bien trop timorée pour engager une décrue du taux de chômage

le 01/12/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le Livre Beige de la Réserve fédérale montre que l'inflation demeure contenue et que certaines pressions sur les coûts ont diminué

Le bilan de santé de l'économie américaine témoigne toujours d'une forte fragilité. Le Livre Beige, élaboré grâce aux constatations des banques régionales de la Réserve fédérale (Fed), indique une croissance à un rythme qualifié de «lent à modéré» dans onze des douze régions sur la période comprise entre octobre et mi-novembre. Seul le district de St. Louis a fait état d'un recul de l'activité. L'activité manufacturière a crû dans la quasi-totalité du pays et les prêts bancaires ont légèrement augmenté, précise le rapport. Mais sans surprise, le niveau d'embauche est resté dans l'ensemble anémique, tandis que le marché immobilier est demeuré «léthargique».

Ce Livre Beige vient confirmer une tendance désormais bien installée : la conjoncture semble assez constante pour éviter une récession mais trop faible pour provoquer une décrue du taux de chômage, lequel avoisine les 9% depuis plus de deux ans. La croissance du PIB américain a été revue il y a une semaine en nette baisse au troisième trimestre, à 2 % en rythme annualisé, selon la deuxième estimation. Le rapport note également que l'inflation reste contenue et que certaines pressions sur les coûts ont reflué. Ces éléments pourraient donner à la banque centrale plus d'assurance pour engager un nouvel effort d'assouplissement monétaire en cas d'affaiblissement de la croissance.

A ce sujet, les avis restent divisés au sein du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC).  A deux semaines de la prochaine réunion du FOMC, les stratèges de la politique monétaire décortiquent les indicateurs économiques. Certains sont venus apporter hier un peu de réconfort. L'enquête mensuelle ADP a ainsi fait état de 206.000 créations d'emplois en novembre, alors que le marché attendait 130.000 postes supplémentaires. Sur le plan manufacturier, l'indice des directeurs d'achats de la région de Chicago a atteint 62,6 en novembre, à son plus haut niveau depuis le mois d'avril. Enfin, dans l'immobilier, les promesses de ventes de logements anciens ont augmenté de 10,4% sur un an en octobre, selon la National Association of Realtors. Il s'agit du gain mensuel le plus important depuis novembre 2010. Un bémol est toutefois venu de la croissance de la productivité au troisième trimestre qui a été ramenée à 2,3% en rythme annuel contre une précédente estimation à 3,1%.

A lire aussi