Les fonds luxembourgeois s'inquiètent des menaces sur la gestion collective européenne

le 30/11/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'Alfi évoque une confusion entre risque pays et risque « Ucits », et appelle les autorités européennes à s'ouvrir aux régulateurs des pays tiers

Face aux différentes menaces qui planent sur la gestion collective européenne, l’Association luxembourgeoise des fonds d’investissement (Alfi) a lancé un plan d’action pour les quatre prochaines années afin de pérenniser le développement de ses fonds. Alors que les fonds Ucits transfrontaliers se sont imposés comme un standard international, avec des ventes dans plus de 70 pays, l’Alfi nourrit des inquiétudes quant aux conséquences des évolutions macroéconomiques et réglementaires.

«La crise financière et souveraine peut éventuellement nous menacer, on l’a vu dans le cas du Chili», craint Marc Saluzzi, le président de l’Alfi. Le Chili a contraint ses fonds de pension à restreindre leurs investissements dans les fonds irlandais après l’abaissement de la note du pays. «Clairement, il y a une confusion entre risque pays et risque produit, ce qui implique pour tous les acteurs de la gestion collective d’expliquer toujours plus ce qu’est le produit Ucits», déplore Marc Saluzzi.

La deuxième menace est le «tsunami réglementaire» en Europe, c’est-à-dire le foisonnement des directives encadrant la gestion collective. «Il est difficilement maîtrisable en Europe mais en Asie, en Amérique du Sud ou au Moyen-Orient, ils n’y comprennent plus rien», prévient le président de l’Alfi. Le processus de distribution devient dès lors plus difficile et contraint les acteurs du secteur à multiplier les road-shows hors d’Europe.

L’Alfi observe également une tentation protectionniste hors d’Europe, certains pays mettant en place des dispositions fiscales ou réglementaires pour limiter l’afflux de fonds Ucits. L’association appelle donc les régulateurs européens à associer les autorités des pays étrangers au processus législatif afin de mieux prendre en compte leurs attentes. Elle recommande également de développer un principe de réciprocité commerciale entre les différents marchés pour créer des économies d’échelle.

Dans le cadre de son plan d’action, l’Alfi compte entre autres se concentrer sur l’innovation, protéger ses marchés de distribution et maintenir le Luxembourg comme place de référence de la gestion collective.

Selon les statistiques de l’Efama publiées hier, les fonds Ucits ont enregistré une décollecte nette de 83 milliards d’euros au troisième trimestre, une première depuis le deuxième trimestre 2010. Les encours sous gestion des Ucits s’élèvent à 5.472 milliards à fin septembre contre près de 6.000 milliards fin juin.

A lire aussi