« Le marché n'a pas encore tenu compte des facteurs plus positifs »

le 24/10/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Stefan Isaacs, gérant obligataire senior chez M&G Investments

L'Agefi: Comment l’évolution de la crise se traduit-elle sur le marché du crédit ?

Stefan Isaacs: Les marchés du crédit ont assisté à une réévaluation significative du risque, entraînant une chute de la valorisation des crédits dits «investment grade» et «high yield». La volatilité va probablement se poursuivre mais le crédit «investment grade» et une partie du marché «high yield» continueront d’être attractifs, particulièrement compte tenu de la bonne tenue du secteur non financier et de l’anticipation de taux d’intérêt qui vont rester bas, accompagnés d’une inflation faible et d’une croissance économique inférieure aux niveaux tendanciels.

Dans ce contexte, quelle est votre stratégie ?

Nous restons acheteurs sur les titres non financiers «investment grade». Les valorisations sont historiquement basses, la demande est aussi historiquement faible et les bilans des entreprises se sont significativement améliorés. Le marché a déjà tenu compte des mauvaises nouvelles mais pas encore des facteurs plus positifs. Dans un monde en quête de désendettement, il est raisonnable de prêter à des sociétés bien capitalisées qui ont des taux intéressants. Cela nous a permis de construire des positions sélectives sur nos entreprises favorites en utilisant nos réserves de trésorerie accumulées avant la récente période de forte volatilité. Dans le marché du crédit européen, nous trouvons des obligations émises par des entreprises bénéficiant de «business models» diversifiés et offrant des taux intéressants, comme Telefonica qui offre un coupon de 4,75% à échéance 2017 et dont le rendement est actuellement supérieur à 5%.

PANEL CREDIT
ZOOM
PANEL CREDIT

A lire aussi