Le « Panel Taux » attend la volte-face de la BCE

le 03/10/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Près de la moitié des panélistes prévoient désormais une baisse du refi dans les 3 mois

Cap sur la baisse des taux. Si une courte majorité des 16 membres du Panel Taux Agefi table encore sur un statu quo de la BCE, sept d’entre eux attendent désormais d’ici à la fin de l’année, et certains dès le 6 octobre, un assouplissement de la Banque centrale européenne. Le mois dernier, tous prévoyaient encore un maintien du refi à 1,50%, et deux comptaient même sur une hausse de 25 points de base. Une évolution logique compte tenu du changement de ton de la BCE en septembre et des craintes accrues de récession.

BNP Paribas, Groupama AM, Natixis et Swiss Life AM ont opéré le revirement le plus net. Les deux banques et les deux gestions ont revu à 1%, contre 1,50%, leur prévision de taux directeur à 3 mois, ce qui laisse à la BCE la perspective d’un geste fort (50 points de base) ou de deux baisses de 25 pb d’ici à la fin de l’année. Barclays Capital, Cholet Dupont et Dexia AM espèrent quant à eux un seul assouplissement de 25 pb, avec un deuxième geste de 25 pb attendu à horizon de 6 mois pour Cholet Dupont.

Aurel BGC et UBS, qui tablaient encore le mois dernier sur un resserrement de 25 pb, sont revenus pour leur part à la neutralité.

La BCE se réunit jeudi pour la dernière décision de politique monétaire de Jean-Claude Trichet. Le passage de témoin à Mario Draghi, prévu le 1er novembre, complique les anticipations car il est peu probable que le futur président de la banque centrale ose une baisse des taux quelques jours après son arrivée à la tête de l’institution de Francfort.

Le changement d’optique de plusieurs membres du Panel Taux coïncide en partie avec les anticipations de marché. Les forwards Eonia incorporent une baisse complète de 25 pb du taux refi lors de la réunion de ce jeudi, et quasiment une deuxième, de 25 pb aussi, pour la réunion de décembre. Et ce, malgré la hausse surprise de l’inflation en zone euro, publiée vendredi à 3% en septembre contre 2,5% attendus, qui peut donner des munitions aux faucons de la BCE.

L’option du statu quo, encore défendue par la majorité, peut aussi s’expliquer par les autres outils dont dispose l'institution pour soulager les tensions sur les marchés. La thèse d’une reprise des mesures d’injections de liquidité à 12 mois dans le système bancaire, annoncée le 6 octobre, gagne des partisans.

D’aucuns estiment aussi que l’institution pourrait élargir le corridor autour du taux refi, aujourd’hui de +/- 75 pb, afin d’abaisser la rémunération de sa facilité de dépôts et dissuader les banques d’y replacer massivement leurs excédents de liquidités. Baisse des taux et mesures non conventionnelles ne sont d’ailleurs pas mutuellement exclusives. BarCap privilégie ainsi un assouplissement de 25 pb et un élargissement équivalent du corridor, qui ramènerait à 0,25% le taux de la facilité de dépôt, contre 0,75% aujourd’hui. Enfin, des rumeurs d’une reprise du programme de rachat de covered bonds, lancé en 2009, ont aussi circulé, même si Fitch a jugé le 29 septembre que les banques n’en ont pas besoin.

Le changement de politique monétaire, couplé à l’aggravation des tensions en zone euro, se lit aussi dans les anticipations de change. Le Panel table désormais sur un euro/dollar à 1,38 à 6 mois, contre 1,42 pour sa prévision de septembre. Quant aux craintes d’un retour en récession, elles se traduisent par une anticipation moyenne de taux longs (Bund et OAT 10 ans) à 2,38% à 3 mois et 2,58% à 6 mois, soit 30 pb de baisse en un mois, et 100 pb de moins que lors du Panel de juillet.

TAUX REFI BCE
ZOOM
TAUX REFI BCE
PANEL MENSUEL TAUX
ZOOM
PANEL MENSUEL TAUX
PANEL MENSUEL CHANGE
ZOOM
PANEL MENSUEL CHANGE

A lire aussi