« La montée des risques réduit le potentiel de hausse des multiples de valorisation »

le 12/09/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Christophe Besson, directeur des gestions chez CM-CIC Asset Management

L’Agefi : Pourquoi avez-vous réduit drastiquement vos objectifs sur les indices actions?

Christophe Besson: Plusieurs événements sont à l’origine de ces évolutions. En premier lieu, les révisions de croissance économique après des chiffres très mitigés de part et d’autre de l’Atlantique et qui reposent la question de la croissance auto-entretenue. Ensuite, l’incapacité des politiques à implémenter rapidement les mesures qui semblent s’imposer pour endiguer les dérapages (dette, budget, construction européenne…) ce qui décuple l’aversion pour le risque ce que soulignent le taux à 10 ans allemand (sous les 1,85%) ou américain (sous les 2%) après dégradation de la note ! Enfin, et cela marque un tournant fort du début août: les marges des entreprises semblent avoir atteint leur point haut en début d’année, et les prévisions de bénéfices sont révisées pour intégrer croissance et marges. Cette montée des risques réduit aussi le potentiel de hausse des multiples de valorisation.

Quels seront les catalyseurs d’une reprise des Bourses ?

Le réalisme qu’il convient d’avoir n’a pas valeur de loi. Déjà, la dernière correction finalement assez peu discriminante laisse apparaître des opportunités qui méritent l’accumulation de positions car les bilans des entreprises restent sains. Pour les marchés, outre l’espoir un peu illusoire d’une reconstitution de la confiance politique favorable aux multiples (mais le temps politique n’a pas la même échelle que celui des marchés), les leviers sont à attendre du côté des marges qui pourraient profiter du tassement des matières premières et/ou d’une croissance économique moins atone qu’anticipé.

panel actions
ZOOM
panel actions

A lire aussi