Les Etats-Unis font le pari risqué de la relance

le 09/09/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Barack Obama a annoncé un programme de relance de 447 milliards de dollars, aidé par la Fed qui envisage des mesures d’assouplissement monétaire

Barack Obama en août 2011. Photo: Andrew Harrer/Bloomberg

Les Etats-Unis se lancent dans une action concertée pour éviter le retour en récession. Le président Barack Obama a dévoilé cette nuit un plan de relance de 447 milliards de dollars, soit 3% du PIB américain. La mesure phare est l’extension des exonérations de charges salariales et patronales, qui coûtera 240 milliards de dollars. 49 milliards seront dépensés pour étendre l'indemnisation des chômeurs longue durée, et 85 milliards aux collectivités locales, pour financer la modernisation des infrastructures, alors que plusieurs entreprises du S&P 500 ont subi une chute brutale des contrats des collectivités.

Le gel d’une partie des dépenses lié au problème du plafond de la dette jusqu’à début août promettait de peser lourdement sur la croissance du troisième trimestre. Des études montrent que les travaux publics créent 10.000 emplois par milliard dépensé, soit un impact théorique de 900.000 emplois. La plupart des mesures annoncées ne sont néanmoins que la poursuite de mesures déjà actives mais arrivant à échéance, telles que les exonérations de charges. Steve Blitz, économiste chez ITG estime que ce programme «permet à l’économie de croître à un rythme de 2% à 2,5% et de ne pas retourner en récession».

Environ 400 milliards seront injectés dans l’économie en 2012 et compensés ensuite par une hausse des impôts sur les ménages à hauts revenus et sur les entreprises du secteur pétrolier. «L’impact sur la croissance américaine serait à court terme, mais à moyen terme, le durcissement budgétaire sera plus fort» estime Aurel BGC. Les Républicains ont néanmoins pouvoir de veto sur le plan.

Et la Fed est également prête à agir. Ben Bernanke a indiqué hier que la Fed avait en sa possession les outils nécessaires pour soutenir la croissance et l’emploi. Sans préciser lesquels, son président a fait connaître son intention de les utiliser de manière appropriée.

L’objectif de ces nouvelles mesures serait de faire baisser les taux à long terme. Trois solutions sont évoquées. La mise en place d’un nouveau programme d’achat de titres, mais plus concentré sur les échéances éloignées. Soit d’augmenter la maturité moyenne du portefeuille obligataire de la Fed en vendant des titres courts pour acheter des obligations d’échéances plus éloignées. La Fed peut encore opter pour une baisse de 25 points de base du taux de rémunération des réserves des banques détenues à la banque centrale afin de favoriser la relance du crédit bancaire.

A lire aussi