Le retour du dynamisme australien alimente la flambée de sa devise

le 08/09/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La croissance a rebondi de 1,2 % après une contraction plus faible que prévu au premier trimestre. La devise s’envole à 1,0606 contre dollar

L’économie australienne s’offre une bouffée d’air. Le PIB du pays a augmenté de 1,4% sur un an au deuxième trimestre et de 1,2% en séquentiel, tiré notamment par la consommation des ménages qui progresse de 1% sur le trimestre. Un rythme supérieur aux attentes des économistes qui tablaient sur une croissance séquentielle de 0,9%. De plus, la contraction du PIB au premier trimestre a finalement été plus modérée que prévu à -0,9% contre -1,2% publié initialement.

Le commerce extérieur a néanmoins continué de pénaliser la croissance australienne de 0,5 point au deuxième trimestre, les exportations de charbon continuant à être handicapées par les inondations survenues en début d’année dans le Queensland. Paul Bloxham, chef économiste chez HSBC, s’attend néanmoins à une normalisation de la production d’ici à la fin de l’année. Les termes de l’échange (différence entre le prix des exportations et le prix des importations) ont d’ailleurs progressé de 5,4% par rapport au premier trimestre, soit un rythme annuel de 12,9%.

La reprise de l’activité dans le secteur minier engendre des perspectives d’investissement orientées à la hausse. Aurel BGC anticipe une hausse des investissements dans le secteur de 45% entre juin 2011 et juin 2012, les grandes compagnies telles que BHP Billiton augmentant leurs capacités d’offre pour répondre au surcroît de demande en Chine et en Inde. «Les investissements et les exportations devraient continuer à porter la croissance au-dessus de son potentiel», estime Annette Beacher, responsable de la région Asie-Pacifique chez TD Securities. Et de prévoir une croissance de 2% cette année et de 4,5% en 2012.

Mardi, la banque centrale (RBA) a maintenu ses taux directeurs inchangés à 4,5%. «Les inquiétudes en Europe et aux Etats-Unis pourront se propager à l’économie domestique, mais à ce stade, les données économiques soutiennent l’approche de statu quo de la RBA», estime Tim Waterer, cambiste chez CMC Markets. D’autant que ces chiffres ont propulsé hier le dollar australien à 1,0606 contre le billet vert (contre 1,0522 mardi). Bénéficiant du portage, la devise s’est envolée de 4,3% depuis le début de l’année. De plus, la hausse du taux de chômage à 5,1% en juillet devrait modérer l’impact des pressions salariales sur l’inflation globale, qui a atteint 2,7% au deuxième trimestre pour un objectif de la RBA compris entre 2% et 3%.

A lire aussi