Les sociétés de gestion étrangères en Chine reconsidèrent leurs priorités

le 05/09/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Interrogées par PricewaterhouseCoopers, celles-ci visent une croissance de 60% de leurs actifs sous gestion d’ici 2014

Le tour d’horizon proposé par le cabinet d'audit PwC dans son rapport d’août 2011 qui interroge les états-majors de 30 sociétés de gestion étrangères (SGE) et trois domestiques, montre que les défis restent majeurs et les projections moins enthousiastes que lors de la précédente enquête menée en 2009.

A l’image de l’indice composite de Shanghai qui vient de retrouver ses niveaux de mai 2009, les actifs sous gestion de l’ensemble de l’industrie sont restés quasi inchangés en presque trois ans, passant de 253 milliards d’euros au deuxième trimestre 2009 à 262,1 milliards au premier trimestre 2011.

Si la part de marché des SGE est plus que respectable avec 47,1% à fin 2010, en progression de 1,7% depuis 2008, dans leur majorité les dirigeants interrogés par PwC n’anticipent pas de hausse dans les trois années à venir. Dans un environnement qui paraît toujours hautement dépendant des desseins du régulateur, plus de la moitié des participants envisage désormais le retrait de certaines SGE de Chine et deux tiers pensent que leur propre modèle économique va changer dans les trois ans.

Dans ce climat d’incertitude, la croissance des actifs sous gestion est devenue la priorité. A la 24ème place dans le rapport 2009, cet objectif se positionne en tête dans la version 2011, alors que selon PwC, entre 2009 et 2010 les actifs sous gestion des SGE ont déjà connu une hausse de 33%, à 129,2 milliards d’euros.

Dans la liste des défis à relever, si la compétition avec les sociétés domestiques arrive au deuxième rang, la gestion des ressources humaines s’impose comme le principal obstacle. Retenir les gérants qui ont fait leurs preuves serait devenu un exercice impossible, beaucoup préférant migrer vers le capital investissement où l’intéressement au capital est décisif.

Parmi les points positifs, l’assouplissement des procédures d’approbation de nouveaux fonds et le dynamisme qui en a résulté sont salués par les professionnels. Entre 2008 et 2010, 174 fonds avaient été introduits par les SGE. Selon les 27 réponses du rapport, 112 fonds devraient l’être en 2011.

L’élargissement des canaux de distribution (L'Agefi du 27 juin 2011) apparaît aussi comme bénéfique, alors que les frais payés aux réseaux des grandes banques chinoises sont jugés exorbitants.

A lire aussi