Le Japon prend des mesures pour aider ses entreprises à supporter le yen fort

le 25/08/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

En dépit de cette annonce et de la dégradation de la note du pays par Moody's, la tendance haussière du yen n'est pas remise en cause

Plutôt que de tenter de combattre à nouveau l'appréciation du yen – la dernière intervention remonte à début août –, les autorités japonaises essaient pour le moment de permettre aux entreprises de supporter cette nouvelle donne. Considéré comme une valeur refuge pendant la crise du mois d'août, le yen a gagné 5% par rapport au dollar depuis fin juin. Le dollar/yen traitait hier à 76,5. Le gouvernement a notamment annoncé la mise en place d'une ligne de crédit d'urgence de 100 milliards de dollars afin d'aider les groupes japonais à acquérir des sociétés étrangères et à s'approvisionner en matières premières hors de l'Archipel. Le Japon entend ainsi renforcer sa présence à l'international, à l'image de ce que fait déjà la Chine, analysent les stratégistes change de SG CIB. Le dispositif utilisera les réserves de change en dollar et sera géré par la banque japonaise de coopération internationale.

L'autre volet des mesures annoncées hier vise à mieux surveiller les marchés financiers. Le ministère des Finances va demander aux principales banques de rendre compte des positions en devises des opérateurs jusqu'à fin septembre.

Le ministre des Finances n'a en revanche pas évoqué directement l'éventualité d'une intervention. Elle ne peut cependant pas être exclue. En réaction aux annonces gouvernementales, la banque centrale japonaise a affirmé qu'elle continuerait à surveiller attentivement les effets des évolutions des marchés des devises sur l'activité économique et les prix. Le marché n'a pas considéré sérieusement les annonces gouvernementales et, par conséquent, «le dollar/yen pourrait continuer de baisser, incitant les opérateurs à attendre une intervention», expliquent les stratégistes de SG CIB.

Dans ce contexte, la dégradation de la note du Japon par Moody's à Aa3 n'a eu aucun effet sur le marché des changes. L'agence de notation pointe les déficits et l'endettement du pays, ainsi que les fréquents changements de gouvernement qui empêchent la mise en place de stratégies économiques et budgétaires à long terme. Mais les investisseurs locaux, les principaux sur la dette japonaise, ne sont pas contraints en termes de notation pour leurs investissements. Par ailleurs, Standard & Poor's a déjà dégradé la note du Japon à un niveau équivalent en janvier dernier.

A lire aussi