Standard & Poor's est mis en minorité sur son évaluation de la dette américaine

le 17/08/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’agence de notation Fitch a confirmé le « AAA » américain avec une perspective stable. La SEC aurait lancé une enquête sur la décision de S&P

Les Etats-Unis continuent de mériter leur note «AAA». C’est ce qu’a estimé hier l’agence de notation Fitch. Contrairement à Standard & Poor’s, qui a décidé de ne plus attribuer le sacro-saint «AAA» à la dette de long terme des Etats-Unis du fait des atermoiements des responsables américains sur le relèvement du plafond de la dette, Fitch considère que «la confirmation du rating souverain "AAA" des Etats-Unis témoigne du fait que les principaux piliers de la qualité de la signature exceptionnelle des USA restent intacts: son rôle capital dans le système financier mondial et une économie saine, diversifiée et souple qui assure la base de ses revenus.» «La souplesse monétaire et [celle]des changes accroissent d'autant la capacité de l'économie à absorber les chocs et à s'y adapter», précise l’agence.

Et Fitch de conserver une perspective stable sur la note. L’agence prévient toutefois que l’évolution de la perspective dépendra de la situation économique et des travaux législatifs en cours au Congrès pour réduire la dette publique. Une révision à la hausse des projections à moyen et long termes de la dette, résultant soit d'une reprise économique plus faible que prévu soit de l'incapacité d'une commission mixte à proposer une réduction du déficit d’au moins 1.200 milliards de dollars, risquerait de placer les Etats-Unis en perspective négative. «La décision sur le rating serait, le plus probablement, une révision de la perspective à négative, soit une probabilité de plus de 50% d'un déclassement en l'espace de deux ans. Un déclassement d'un cran serait moins probable», a alerté Fitch.

Si, comme le précise Jane Caron de Dwight Asset Management, «personne ne met sérieusement en doute la capacité des Etats-Unis à payer le principal et les intérêts de la dette», cette annonce indique que s’il n’y a pas de désaccord entre les agences sur la trajectoire de la dette américaine, la différence se situe dans l’appréciation du plan de réduction du déficit adopté par la Maison Blanche et sa capacité à générer davantage d’économies budgétaires.

D’ailleurs, dans le cadre des nouveaux pouvoirs donnés à la SEC par la loi Dodd-Frank, l'autorité américaine des marchés aurait décidé de mener une enquête pour s’assurer que S&P a respecté l'ensemble de ses procédures internes avant d'abaisser la note souveraine des Etats-Unis, selon des sources proches citées par Reuters.

A lire aussi