La catastrophe climatique fait replonger le Japon en pleine récession

le 20/05/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le PIB japonais s’est contracté pour le deuxième trimestre consécutif, de 0,9 %, alors que le pays sortait juste de deux années de récession

Le Japon met genou à terre. Le chiffre de la croissance publié hier l’a confirmé. Au premier trimestre de l’année en cours, le PIB a en effet reculé de 0,9% par rapport au trimestre précédent, soit un repli de 3,7% en rythme annuel. Il s’agit du deuxième trimestre récessif consécutif, après une contraction du PIB de 0,8% au quatrième trimestre 2010. L'an dernier, l’économie avait réussi à sortir de deux années de récession (de -1,2% et -6,3% en 2008 et 2009). Si le consensus Reuters misait sur un repli plus modéré de 0,5%, l’indice Nikkei n’a cédé que 0,42% mercredi soir.

«Le recul du PIB est largement dû aux répercussions du tremblement de terre et du tsunami qui ont ravagé le pays en mars dernier» estime Aurel BGC. Les catastrophes naturelles du 11 mars ont fortement perturbé la chaîne d’approvisionnement et pesé sur l’activité manufacturière. Le secteur industriel a enregistré la plus forte contraction de son histoire en mars denier, avec une chute de la production de 15,5% par rapport au mois précédent.

Toutes les composantes du PIB ont apporté une contribution négative à la croissance, à l’exception des dépenses publiques qui ont progressé de 0,2%. Ce sont les stocks qui ont le plus pesé sur l’économie, privant le pays de 0,5 point de croissance. La demande intérieure a également souffert avec un recul de 0,9% de la consommation des ménages qui a ôté 0,3 point à la croissance. Et les exportations nettes de retrancher 0,2 point au PIB.

Plusieurs indicateurs semblent indiquer que l’économie japonaise a touché le point bas. Selon les statistiques officielles, les commandes sous-jacentes de machines devraient augmenter de 10% au deuxième trimestre, indiquant que «la reconstruction pourrait déjà stimuler la demande» selon BNP Paribas. Hidehiko Fujii, économiste au Japan Research Institute est plus pessimiste, anticipant une contraction du PIB de 5,5% à 5,9% au deuxième trimestre.

«Si la croissance risque fort d’être à nouveau négative sur le trimestre en cours, l’économie devrait rebondir dès la seconde moitié de l’année sous l’impulsion des dépenses de reconstruction » estime Aurel BGC. Le gouvernement prévoit «une croissance de l’ordre de 1%» sur l’année fiscale 2011, et la BoJ de 0,6%. «Une vision optimiste de la BoJ sur la capacité du Japon à s’adapter à l’environnement post-tsunami» selon BNP Paribas qui prévoit une contraction de 1,2%.

A lire aussi