« Un euro/dollar jusqu’à 1,60 est le bienvenu pour la conjoncture américaine »

le 09/05/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Sabine de Lépinay, responsable de la gestion monétaire chez Robeco Gestions

L'Agefi: Pourquoi l'euro/dollar pourrait-il grimper à 1,55 d'ici à trois mois?

Sabine de Lépinay: La politique actuelle de la Banque centrale européenne est, selon nous, le principal élément favorisant la hausse de l’euro face au dollar. Elle a débuté un cycle de hausse des taux en avril afin de freiner l’impact de l’inflation et nous anticipons un resserrement complémentaire dès le mois de juin. Or, ce discours moins accommodant est éloigné de celui tenu par la Fed qui a encore confirmé la semaine dernière le statu quo et son souhait de mener à terme son second plan d’aides quantitatives (QE2). Les investisseurs privilégieront donc dans les prochains mois les placements en euro. Nous remarquons aussi que les autorités américaines sont très à l’aise avec un dollar faible et qu’une parité euro/dollar jusqu’à 1,60 environ est la bienvenue pour la conjoncture américaine.

Une hausse des taux de la BoE sera-t-elle favorable à la livre?

La position de la BoE se situe aujourd’hui entre celles de la BCE et de la Fed. La majorité de ses membres est favorable au maintien d’une politique accommodante. Le pays fait par ailleurs face à une montée importante de l’inflation. Nous n’attendons de ce fait qu’une, voire deux hausses des taux d’ici à la fin de l’année. Cela favoriserait davantage la livre sterling face au dollar. Cependant, le rythme de hausse envisagé devrait rester plus modéré que celui anticipé pour la zone euro, et le niveau des taux anglais est beaucoup plus bas que ceux de la BCE. Nous ne pensons donc pas que les investissements se reporteront suffisamment vers cette devise pour qu’elle se réapprécie fortement contre l’euro.

Robeco
ZOOM
Robeco

A lire aussi