Les banques européennes contestent la suprématie du Libor dollar

le 04/05/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

En projet depuis plusieurs mois, la création d'un Euribor dollar sera testée en juin par 23 à 25 banques, avant un éventuel lancement à la rentrée

En pleine tempête autour du Libor, les banques européennes s’apprêtent à lancer un indice concurrent, l’Euribor dollar. Un panel de 23 à 25 établissements a accepté de tester, à partir de juin, la mise en place de ce nouvel indicateur interbancaire. Il sera basé comme les autres taux Euribor sur les déclarations quotidiennes des banques, fixé à 11 heures, et reflétera le coût de leur financement sur le marché du dollar.

Un bilan de l’expérience sera tiré en septembre et rendu public. Le comité de pilotage (steering committee) de l’Euribor dollar décidera alors de lancer ou non l’indice, en le modifiant si besoin. Le panel des banques contributrices pourrait aussi être élargi, notamment à des membres américains et asiatiques.

Le projet, déjà évoqué dans L’Agefi, a trouvé un écho favorable lorsque les premiers soupçons de manipulation du Libor ont commencé à émerger en 2008. Depuis, ceux-ci se sont concrétisés avec l’ouverture de plusieurs enquêtes, dont celles du Département de la justice américain et de la SEC. Les autorités antitrust européennes auraient aussi demandé des éclaircissements aux 16 banques qui contribuaient, jusqu’à janvier, à l’indice publié par la British Bankers’ Association. Les membres du panel sont soupçonnés d’avoir minoré leurs contributions au pic de la crise et donc leur coût de refinancement, au risque de léser les investisseurs, puisque le Libor sert de référence à de nombreux contrats et produits dérivés.

Paradoxalement, «l’affaire du Libor a refroidi quelques grandes banques qui soutiennent l’Euribor dollar mais préfèrent éviter de se mettre en avant», explique un proche du dossier. La Fédération bancaire européenne (FBE), qui publie les Euribor, ne s’estime pas concernée par la polémique sur le Libor. Elle met en avant des différences de gouvernance et de méthode. Sous la pression, le Libor dollar a élargi en janvier de 16 à 20 le nombre de ses membres, mais apparaît encore comme l’indice des banques de la City. L’Euribor (en euros), lui, affiche une base plus large avec 44 membres, et plus variée en termes de nationalités, ce qui éviterait le risque de collusion entre contributeurs. Par ailleurs, le Libor est le taux auquel les banques estiment pouvoir emprunter, alors que l’Euribor reflète le taux offert par les prêteurs: ce dernier est donc, selon ses partisans, plus représentatif des conditions de marché.

A lire aussi