L'Espagne profite d'une fenêtre de tir pour syndiquer de la dette à 15 ans

le 09/03/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le souverain, qui a levé un montant de 4 milliards, contre une demande de 7 milliards, a concédé au marché une prime de 8 pb

Alors que l’incertitude autour d’une résolution de la crise de la dette européenne s’épaissit à l’approche du Sommet européen des 24 et 25 mars et que les craintes d’un sauvetage du Portugal se sont exacerbées, l’Espagne a profité hier d’une fenêtre d’opportunité pour placer de la dette. Le souverain a pris de court le marché en émettant 4 milliards d’euros de dette de coupon 5,90% à 15 ans (juillet 2026). Les conditions d’émission lui étant plus favorables, comparées à d'autres pays périphériques en difficulté, l'Espagne a eu recours à la syndication bancaire, dont les chefs de file sont Caja Madrid, Citi, Crédit Agricole CIB, Deutsche Bank, HSBC et Santander.

«La demande a atteint 7 milliards d’euros via 150 ordres dont 72% à l'étranger. L’Espagne n’a concédé au marché qu’une prime de 8 pb, contre 10 pb en moyenne sur ce genre d’émission. Il s’agit d’une opération d’une tonalité très positive qui intervient dans un contexte de marché plus tendu et peu favorable aux pays périphériques et ce, malgré l’absence de véritables données macroéconomiques», explique Frédéric Gabizon, responsable dette souveraine chez HSBC France. L’Espagne, dont la note a été mise sous perspective «négative» vendredi par Fitch, comptait lever un montant de 3 à 5 milliards d'euros. D’après le banquier, le souverain a effectué 21% de son programme d’émission de 93 milliards d’euros en 2011.

Côté distribution, la dette à 15 ans a été allouée à 28% aux Espagnols, 28% aux Britanniques, 12% aux Français, 8% aux Allemands, 6% aux Asiatiques, 3% aux Etats-Unis. Côté typologie, 47% sont allés aux banques, contre 31% pour les gérants de fonds, 7% pour les banques centrales, 7% pour les compagnies d’assurance et 3% pour les hedge funds.

Le rendement a été fixé à 6,012%. La marge à l’émission par rapport à la dette espagnole juillet 2025 est ressortie à 14,6 pb, soit en dessous de la fourchette indicative de 15-20 pb. Sur les taux mid-swaps, elle s’est réalisée à 217 pb, contre une fourchette indicative de 216-218 pb.

La dernière dette syndiquée par un pays périphérique a été effectuée en septembre 2010 par l’Italie qui avait levé 6 milliards de dette d’échéance 2026. Les taux à 10 et 15 ans espagnols se sont tendus hier de 9 et 10 pb hier à 5,47% et 5,86%, se rapprochant dangereusement de leur record respectif de 5,54% et 6,02%.

A lire aussi