La hausse des matières premières pèse davantage sur les pays émergents

le 01/02/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Contrairement au choc de 2008, lié au pétrole, ce sont les prix agricoles qui tirent la hausse de l'inflation

Les mouvements de contestation violents observés en Afrique du Nord, au-delà de leur dimension politique, mettent en évidence la tendance indéniable à la hausse de l’inflation dans les pays émergents. Si dans les pays développés, il ne semble pas y avoir d’effet de contagion de la hausse des matières premières sur l’inflation sous-jacente (hors produits alimentaires et énergie) et sur les salaires, il n’en est pas de même dans les pays émergents. Pour ces derniers, les capacités de production non utilisées s’amenuisent à vue d’œil, mais surtout l’impact de la hausse des matières premières se fait déjà ressentir: la moyenne d’inflation des Bric atteint ainsi près de 6%.

La dernière fois que la hausse du prix des matières premières a été sur le devant de la scène, c’était en 2008, lorsque le prix du baril de pétrole a atteint 150 dollars. Aujourd’hui, le choc sur un an glissant est de moindre ampleur (l’indice DJ UBS Spot Commodity Index progresse d’environ 30%), mais ce sont les prix des produits agricoles qui mènent la danse plutôt que le pétrole.

Alors que l’énergie ne compte que pour 8% du «panier de la ménagère», tant dans les pays émergents que développés, les produits alimentaires totalisent près de 30% des indices de prix à la consommation des économies émergentes, contre seulement 13% pour les pays développés. Cette différence explique que les hausses de matières premières auront un impact plus important sur les marchés émergents, et milite en faveur de hausses de taux directeurs par les banques centrales de ces pays. Plus les banques centrales des pays concernés attendront, et plus les hausses de taux devront être importantes pour enrayer l’inflation.

nuno.teixeira@schroders.com

 

HAUSSE DES MATIERES PREMIERES
ZOOM
HAUSSE DES MATIERES PREMIERES

A lire aussi