L’internationalisation de la monnaie chinoise s’accélère

le 13/12/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après des débuts poussifs, l’utilisation du renminbi dans le commerce transfrontalier décolle

Une première fois élargi en juin, le cadre du programme permettant aux exportateurs chinois d’accomplir leurs transactions commerciales dans leur monnaie vient de connaître une nouvelle avancée substantielle. La liste des entreprises éligibles est ainsi passée de 365 participants à 67.359.

Cet élargissement intervient alors que la Chine a vu ses exportations au mois de novembre bondir de +35% par rapport à novembre 2009, enregistrant un excédent commercial de 22,9 milliards de dollars, dont 16,7 milliards avec les Etats-Unis. De quoi relancer le dossier demeuré ouvert de la sous-évaluation du renminbi.

Il aura fallu attendre 2010 pour que le programme d’internationalisation du renminbi, démarré en juillet 2009, ne décolle vraiment. Plafonnées à 540 millions de dollars de juillet à décembre 2009, les transactions ont accéléré en 2010: 2,7 milliards de janvier à mars, puis 7,14 milliards au deuxième trimestre et 18,9 milliards au troisième. Le dernier trimestre de cette année pourrait dépasser les 40 milliards de dollars.

La promotion rapide du yuan joue désormais un rôle crucial dans la stratégie de Pékin qui cherche par-dessus tout à se soustraire aux pressions extérieures. Après avoir autorisées à mi-année la vente de produits financiers libellés en renminbi à Hong Kong, les autorités réfléchissent désormais à permettre aux entreprises chinoises d’y émettre des obligations en yuans. Elles pourraient également permettre aux assureurs hongkongais d’investir dans le marché obligataire interbancaire chinois alors que ceux-ci peuvent depuis juillet vendre des produits libellés en renminbi.

Si le programme d’internationalisation du renminbi est ouvert au monde entier depuis juin, le rôle moteur joué par la place de Hong Kong est prépondérant. Les dépôts de yuans y ont été multipliés par six au premier semestre, atteignant les 22 milliards de dollars. Selon Qu Hongbin, l’un des patrons de la recherche économique de HSBC à Hong Kong, d’ici à trois ans, ils pourraient se monter à 59 milliards.

Ouvrant encore de nouvelles perspectives à la sphère financière, la Hang Seng Bank vient cette semaine d’arranger la première ligne de crédit syndiqué multidevises incluant une facilité en renmnibi.

A lire aussi