Les ménages américains poursuivent le nettoyage de leurs bilans financiers

le 10/12/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Leur actif net s'est accru de 1.200 milliards de dollars au cours du troisième trimestre, grâce au rebond des marchés boursiers

Après une perte de 1.400 milliards de dollars au deuxième trimestre, l'actif net total (différence entre le total de la valeur des actifs et les dettes) des ménages américains a progressé de 1.200 milliards de dollars entre début juin et fin septembre, montre le rapport «Flow of Funds» publié jeudi par la Réserve fédérale. Il a ainsi totalisé 54.900 milliards de dollars, prenant appui sur un rebond des marchés boursiers durant l'été.

Le S&P 500 a grimpé de 11% au troisième trimestre, manquant de peu d'effacer le repli de 12% du trimestre précédent. De fait, la valeur des participations détenues par les ménages au sein d'entreprises cotées a progressé de 939 milliards de dollars et celle des parts dans les «mutual funds» de 378 milliards. Mais la remontée de l'actif net total a été freinée par une chute de la valeur des biens immobiliers, estimée par la Fed à 698 milliards de dollars, soit le plus fort déclin depuis le premier trimestre de 2009. Selon des données publiées hier par la société de conseil en immobilier Zillow, la perte de valeur des logements américains devrait atteindre 1.700 milliards de dollars sur l'ensemble de l'année 2010.

Dans le même temps, les familles américaines ont réduit leur niveau d'endettement de 1,7%, ce qui marque le dixième trimestre consécutif de baisse. Le recul de 64 milliards des engagements liés aux prêts hypothécaires n'a été que légèrement compensé par une hausse de 22 milliards de ceux attachés au crédit à la consommation. «Les ménages sont encore en train de consolider, de nettoyer leurs bilans, se hissant à un niveau où ils se sentent plus à l'aise. C'est un processus en cours», a souligné Julia Coronada, économiste chez BNP Paribas à New York, et qui a également travaillé sur le rapport de la Fed. Outre l'immobilier, le marché de l'emploi reste un sujet de préoccupation. Le département du Travail a toutefois fait état hier d'un recul du nombre des inscriptions au chômage dans la semaine au 4 décembre (421.000 contre 438.000 la semaine précédente et 425.000 attendues).

Du côté de la situation des entreprises sur laquelle s'arrête aussi le rapport, la Fed indique que les sociétés non financières détenaient 1.930 milliards de dollars de liquidités et actifs à court terme (7,4% des actifs totaux), soit le plus haut niveau depuis plus d'un demi-siècle.

A lire aussi