Le taux d’endettement des Etats progressera encore dans la zone euro

le 30/11/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La dette représentera près de 88 % du PIB en 2012 malgré les efforts accrus de consolidation budgétaire des Etats membres

Les déficits des Etats européens devraient commencer à baisser l’année prochaine, d’après les nouvelles prévisions de la Commission européenne. Dans la zone euro, le déficit public s’élèvera en moyenne à 6,3 % du produit intérieur brut (PIB) en 2010, comme en 2009, puis reculera à 4,6 % l’an prochain, avant de tomber sous la barre de 4 % en 2012. Au printemps dernier, l’institution tablait sur un déficit de 6,6 % en 2010 et 6,1 % en 2011.

Les efforts des Etats en matière de consolidation budgétaire devraient en effet porter leurs fruits. «Alors que les mesures de relance arrivent à leur terme et que la phase d'assainissement s'installe de plus en plus fermement, 24 Etats membres (sur 27) devraient réduire leur déficit l'an prochain», explique la Commission européenne. Dans la zone euro, seule l’Estonie enregistrera une légère détérioration de son déficit, à 1,9 % du PIB. En France, le déficit passera de 7,7 % cette année à 5,8 % en 2012. En Allemagne, il passerait de 3,7 % à 1,8 % dans deux ans.

Pour les économistes de la Commission européenne, les mesures de consolidation fiscale auront probablement un impact négatif sur le PIB et sur l’emploi à court terme. Mais elles peuvent avoir des effets positifs à moyen terme tels qu’une baisse de la charge de la dette, ce qui permettrait de réduire les impôts et donc d’augmenter la croissance potentielle. Les gouvernements doivent donc prendre des mesures qui minimiseront les effets négatifs à court terme et maximiseront les gains à long terme, ce qui passe notamment par une politique de taux bas et une réforme des retraites.

Ceci étant, malgré les efforts des Etats européens, le taux d’endettement va continuer de progresser, au moins jusqu’en 2012, dernière année de prévision de la Commission. Le rapport de la dette sur le PIB passera de 84,1 % en 2010 dans la zone euro à 87,8 % dans deux ans. Il dépassera même la barre des 100 % en 2011 et 2012 en Belgique, en Irlande, en Grèce et en Italie. De fait, d’ici là, l’évolution du PIB contribuera encore faiblement à la diminution du taux d’endettement. La croissance de la zone euro atteindra 1,5% en 2011 et 1,8% en 2012 d’après la Commission. La Grèce et le Portugal seront en récession l’an prochain tandis que l’Allemagne affichera une progression de 4,4 %.

A lire aussi