La CNP se positionne sur le marché immobilier de la Défense

le 29/11/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’assureur vient d’acquérir auprès de Foncière des Régions 25 % de la tour CB 21, valorisée 588 millions d'euros

Une nouvelle page s’ouvre pour la tour CB 21. Acquise en juillet 2007 par Foncière des Régions, rénovée et louée en partie à Suez Environnement, refinancée à trois reprises pour tenir compte de l’évolution du marché de la dette bancaire depuis le début de la crise, la tour vient de voir un nouvel investisseur entrer à son capital. Il s’agit de CNP Assurances, d’après une source proche du dossier. L’assureur n’a pas souhaité faire de commentaires à ce sujet à L’Agefi.

«Un des tout premiers investisseurs» français prend 25 % du capital de la tour qui est valorisée à 588 millions d'euros, a annoncé Foncière des Régions vendredi dernier. Le groupe immobilier avait acquis ce bâtiment pour 486 millions d'euros et y a réalisé des travaux pour 130 millions d'euros. La transaction avec la CNP devrait être finalisée d’ici à la fin de l’année.

Le loyer annualisé estimé pour l’intégralité de l'immeuble s’élève à 34 millions d'euros. Sur cette base, l’opération est réalisée à un taux de rendement de 5,8%, c’est-à-dire dans la fourchette basse des estimations récentes des sociétés de conseil en immobilier à la Défense. Pour l’heure, CB 21 est louée aux deux tiers, à Suez Environnement. Les 22.000 m² restant à louer, sur 68.000 m², pourraient trouver preneur prochainement, le dossier avançant «plutôt bien», indique-t-on chez Foncière des Régions.

Cette prise de participation dans une tour à la Défense est «significative d’une pénurie d’offre de qualité sur le marché, explique Hugues de Bérail chez DTZ. Il y a beaucoup de liquidités sur le marché, mais les investisseurs s'intéressent exclusivement aux actifs de qualité, sécurisés dans les quartiers tertiaires». Paradoxalement, le marché de la Défense peine à redémarrer. A fin septembre, moins de 400 millions d'euros ont été engagés en 2010 dans la zone. L’activité locative fonctionne aussi au ralenti. Seuls 114.000 m² ont été commercialisés dans la zone à fin septembre, soit 30% de moins que l’an dernier d’après BNP Paribas Real Estate Research qui souligne «l’absence de réajustement des valeurs locatives depuis plusieurs trimestres et l’attractivité relative des immeubles offerts dans Paris intra-muros».

Le quartier se caractérise enfin par une réduction de l’offre neuve à un an. Toutefois, de nouveaux projets, tels que la construction de la tour Carpe Diem et la restructuration de la tour Descartes, livrées en 2012, devraient alimenter le marché.

A lire aussi