UBS accusée de fraude par le liquidateur de la société de Bernard Madoff

le 25/11/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque helvétique, ainsi que d’autres acteurs liés à cette affaire, se voient réclamer plus de deux milliards de dollars par le liquidateur

UBS se retrouve de nouveau sous les feux de l’accusation dans le cadre de l’affaire Madoff. Irving Picard, administrateur en charge de la liquidation de la société d’investissement Bernard Madoff Investment Securities, accuse de fraude la banque helvétique, qui était dépositaire des Sicav (estampillées Madoff) Luxalpha et Luxinvest.

Dans le cadre d’une plainte, déposée mardi devant la Cour américaine des faillites de New York, Irving Picard réclame ainsi plus de deux milliards de dollars (1,5 milliard d’euros) à UBS et à d’autres acteurs ayant, à ses yeux, joué un rôle de rabatteur. Parmi les autres acteurs visés par la plainte, figurent notamment Luxalpha et Access International, qui assurait la gestion de la Sicav.

«UBS et les fonds rabatteurs sont passibles d’au moins deux milliards de dollars pour le rôle qu’ils ont joué pour masquer et faire durer la fraude. Le montant exact doit être déterminé lors d’un procès», a indiqué Irving Picard dans le cadre de la plainte. Le document, d’une centaine de pages, compte vingt-trois chefs d’accusation de fraude et mauvaise conduite à l’encontre d’UBS et des «sociétés liées».

Selon le liquidateur, UBS aurait aidé à la constitution de fonds rabatteurs, parmi lesquels Access International et Groupement Financier, fonds d’investissement basé dans les Iles vierges britanniques également visé dans le cadre de la plainte.

En tant que dépositaire des Sicav estampillées Madoff, UBS était chargé de les contrôler et de gérer les dépôts et les paiements aux investisseurs, souligne le liquidateur qui indique qu’UBS a ignoré les signes de fraude et a permis à Madoff «de mener une activité sans surveillance, ni balanciers».

Les fonds rabatteurs auraient retiré 796 millions de dollars dans les trois mois ayant précédé l’éclatement du scandale, en décembre 2008. Ce montant s’établirait globalement à 1,1 milliard de dollars au cours des six ans ayant précédé la fraude. L’administrateur judiciaire estime par ailleurs qu’UBS et les autres acteurs visés dans le cadre de la plainte auraient reçu plus de 80 millions de dollars de commission sur la Sicav Luxalpha.

UBS, qui a indiqué mercredi soir ne pas avoir encore reçu la plainte, estime «que les allégations de mauvaise conduite (…) sont complètement infondées et sans valeur» et entend «prendre toutes les mesures appropriées pour démontrer que ces allégations sont fausses».

A lire aussi