Le marché de la titrisation se rouvre aux émetteurs français

le 24/11/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Banque PSA Finance vient d'émettre une tranche AAA de 500 millions d’euros du Fonds commun de titrisation (FCT) Auto ABS Compartiment 2010- 1

Une première depuis la chute de Lehman. Banque PSA Finance (BPF) détenue à 100% par PSA a émis la semaine dernière une tranche de 500 millions d’euros notée AAA du Fonds commun de titrisation (FCT) Auto ABS Compartiment 2010- 1 et d’une durée de vie moyenne pondérée attendue de 1,9 an. L’originateur, qui prévoyait éventuellement de placer une tranche subordonnée de classe B (79,9 millions) a décidé finalement de placer uniquement la classe A. Les classes B (79,9 millions) et C (100 millions) ont été retenues au bilan de BPF, selon HSBC co-arrangeur et co-chef de file de l’opération avec JPMorgan.

La dernière émission de titrisation de PSA remontait à juillet 2008. Cette opération permettra au groupe de diversifier davantage ses sources de financement. «Cette transaction est le premier ABS de Banque PSA Finance adossé à des contrats de location 100% allemands. L’établissement avait déjà émis en 2006 un ABS de contrats de location 100 % français», précise Fabrice Garnier, directeur financements structurés chez HSBC.

Le livre d’ordres, qui a été sursouscrit, a compté quinze investisseurs de premier plan dans sept pays, dont d’importants acheteurs - en grande partie des banques - d’ABS en Allemagne, aux Pays-Bas et en France.

La marge à l’émission est ressortie à 135 pb sur l’Euribor 1 mois, soit la partie haute de la fourchette indicative 130-135 pb. «Il s’agit d’une bonne nouvelle pour l’industrie de la titrisation car ce genre d’ABS placé publiquement est rare car adossé en partie sur la valeur résiduelle de véhicules. D’ailleurs, la nature de l'actif sous-jacent de l'opération dans un contexte de marché délicat, explique la marge à l’émission de 135 pb», note Fabrice Garnier.

Pour Henri de Mont-Serrat, analyste ABS & CDO chez Natixis, le fait que le portefeuille de l’ABS soit composé en très grande partie de valeurs résiduelles de véhicules, «pose le problème de l’appétit du marché secondaire allemand sur des véhicules du groupe PSA s’ils devaient être revendus en masse sur ce marché (...) Le pari était risqué pour PSA de revenir sur le marché, dans un environnement économique qui n’est pas encore remis de la crise, avec une transaction peu standard et qui aura du mal à se positionner par rapport aux auto-loans ABS allemands émis au cours de ces dernières semaines». Les récentes tranches AAA d’ABS de crédits automobiles (E-Carat) de GMAC étaient ressorties à 125 pb.

A lire aussi