La liquidité globale est repartie à la hausse

le 19/10/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La politique accommodante des banques centrales américaine et britannique ne sont plus seules en cause

Nous avions présenté début juin notre indicateur Schroders de «liquidité mondiale». Celui-ci compile les agrégats monétaires M2 de plus de 35 pays et mesure son évolution en termes réels, ce qui est très utile pour anticiper les phases de resserrement de la liquidité, anticipatrices de crises ou de remontée de l’aversion pour le risque. Nous avions alors observé que les périodes de contraction de la liquidité étaient souvent suivies de fortes ré-accélérations et attendions un retour d’appétit pour le risque avant la fin de l’année.

Le graphique ci-joint confirme cet intérêt croissant pour les actifs risqués (crédit, dette émergente, actions). C’est vrai pour les Etats-Unis mais aussi pour certains pays émergents: l’Afrique du Sud, où le ralentissement de l’activité se confirme, vient ainsi d’enregistrer des gains significatifs sur son marché boursier, ses obligations d’Etat et sa devise.

Notre graphique montre que les actifs risqués sont dopés par une remontée de la liquidité globale et des attentes de flambée supplémentaire de cette liquidité. Le retour d’appétit pour le risque est ainsi lié à la séquence d’événements suivants:

1) les mesures de soutien par la BCE aux Etats européens «périphériques» en mai,

2) les préparatifs de la Fed d’une seconde phase d’assouplissement quantitatif,

3) la baisse du dollar qui en a découlé et la réponse du Japon par des interventions sur le change, suivies de mesures d’assouplissement quantitatif,

4) la décision chinoise de laisser le yuan reprendre son appréciation et le rallye de certaines devises émergentes qui a suivi, amenant les autorités d’un certain nombre de pays à intervenir pour limiter l’appréciation de leur devise et contribuant à alimenter encore la hausse de la liquidité globale.

Bref, la machine à liquidités est repartie de plus belle !

nuno.teixeira@schroders.com

A lire aussi