La Chine s'engage sur la voie d'une croissance « stable et relativement rapide »

le 19/10/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le comité central du PCC prévoit dans le cadre du plan quinquennal de faire de la demande intérieure un moteur de croissance plus important

Les grandes lignes d'une nouvelle phase de la croissance chinoise, alimentée par les dépenses de consommation de centaines de millions d'ouvriers et d'agriculteurs ont été exposées au terme de quatre jours de réunion à Pékin centrée sur le prochain plan quinquennal qui débutera en 2011. Tenu dans le plus grande secret, le plénum du Parti communiste a formalisé l'objectif d'une «croissance stable et relativement rapide» qui doit permettre «la construction d'une société chinoise modérément prospère dans tous les domaines».

Le communiqué du 17e comité central du Parti communiste chinois (PCC) ne chiffre pas cet objectif. La définition d'un objectif de croissance dans le cadre du plan quinquennal est apparu aux yeux des commentateurs comme contre-productif. Ainsi, la croissance de 11,1% enregistrée entre 2006 et 2010 avait pulvérisé la cible officielle de 7,5%. Le gouvernement doit publier jeudi les principales statistiques pour le troisième trimestre, dont celles de l'inflation et de la croissance.

Pour le Premier ministre Wen Jiabao, la croissance risque d'être étouffée si le gouvernement ne fait pas un effort d'ouverture et ne répond pas davantage de ses actes. «La Chine doit réussir des percées majeures en matière de restructuration économique (...)», a décidé le comité central selon l'agence de presse officielle Chine nouvelle. Le gouvernement fournira aussi des efforts «vigoureux mais réguliers» dans la perspective d'une «restructuration politique».

Le président Hu Jintao a insisté de son côté sur la nécessité de promouvoir une croissance globale qui permette de réduire le fossé entre une élite urbaine prospère et des centaines de millions d'ouvriers et de paysans. «Il faut augmenter la part du revenu individuel dans la répartition du revenu national», a-t-il déclaré dans un communiqué diffusé après la réunion.

Zhang Ping, chef de la Commission nationale pour le développement et la réforme qui oriente la politique économique, a estimé que la consolidation de la croissance économique dépendait de meilleures prestations sociales et d'une baisse des coûts du logement, ceci pour ne pas entraver la consommation domestique. «La prochaine étape de l'action économique doit consister à cerner le rôle de la demande intérieure, surtout de la demande des consommateurs, dans la croissance économique», a déclaré Zhang au journal Study Times, publié par l'Ecole du comité central.

A lire aussi