L’équivalence hérisse la City

le 06/09/2018 L'AGEFI Hebdo

Bruxelles veut utiliser le système d’« équivalence » pour encadrer l’accès des institutions financières britanniques à l’UE après le Brexit. Une position qui ne réjouit pas la City.

L’équivalence hérisse la City
Theresa May, Première ministre britannique.
(Bloomberg)
Pour la City, ce fut comme une trahison. Début juillet, la première ministre anglaise Theresa May a proposé que l’accès des services financiers britanniques à l’Union européenne (UE) se fasse par le biais du régime d’« équivalence » après le Brexit. Le tout en dépit des plaidoyers de l’industrie...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés

A lire aussi