L’avis de... Jean-René Giraud, directeur général de TrackInsight

« Une professionnalisation accrue dans l’utilisation des ETF »

le 17/11/2016 L'AGEFI Hebdo

 Votre plate-forme d’analyse et de notation des ETF (« exchange-traded funds ») vient de lever 2,5 millions d’euros auprès de NewAlpha et Aviva France. Comment évolue ce marché ?

Nous avons constaté une grande professionnalisation dans la sélection des ETF. En lançant TrackInsight (sur désormais 900 ETF européens), nous étions sûrs que ce serait un sujet, même si nous pensions qu’il intéresserait plutôt les gérants, finalement peu sensibles à quelques points de base près, que leurs services de conformité, qui leur rappellent sans cesse leur devoir fiduciaire, donc de sélection des meilleurs produits. Cette tendance devrait enfin permettre la consolidation d’un marché européen bien trop fragmenté avec plus de 2.200 ETF proposés par 56 fournisseurs sur 25 plates-formes. La deuxième grande tendance est l’arrivée des ETF dans les contrats d’assurance-vie et autres systèmes de gestion systématique de l’épargne du type « robo-advisors ». Attention, cependant, à ne pas alourdir les coûts de transactions par trop de diversification ou de rotation au nom de la personnalisation.

Les investisseurs « retail » remplaceront-ils les institutionnels sur les ETF en Europe ?

Les ETF gagnent du terrain auprès des particuliers en Allemagne, en Suisse ou même en Italie. En Angleterre aussi, même si les conseillers financiers doivent justifier de la valeur ajoutée qui se déplace sur le terrain du conseil et de l’allocation. La France est en retard. Le niveau d’éducation financière y est peut-être moins développé. Les ETF gardent néanmoins un potentiel significatif auprès des institutionnels, s’agissant de produits modernes, permettant à la fois d’exposer le fond de portefeuille aux grands benchmarks historiques à des prix très compétitifs, et de proposer grâce à leurs marges les dernières innovations offertes par les techniques de gestion quantitatives et systématiques comme l’investissement factoriel et le smart beta.

A lire aussi