Rien n’arrêtera l’offensive d’Artemis en Europe continentale

le 27/10/2016 L'AGEFI Hebdo

Le fonds britannique veut utiliser le canal des grandes banques d’investissement pour vendre ses produits. Et envisage déjà une alternative à son passeport.

Le Brexit n’était sans doute pas attendu. Pour autant, la société de gestion britannique Artemis, dotée de près de 28 milliards d’euros d’actifs sous gestion, ne semble pas avoir souffert du vote du référendum du 23 juin. Pas plus que du violent déclin de la livre sterling courant octobre : « On...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Hebdo

Sur le même sujet

A lire aussi