Tout ça pour ça

le 27/05/2010 L'AGEFI Hebdo

Cela va faire bientôt trois ans que la crise économique et financière a éclaté via les crédits subprime, créant un mur d’illiquidité et de défiance interbancaire et, en Europe, la filière des OPCVM monétaires dites dynamiques. Le tout avec des agences de notation conciliantes n’ayant rien vu venir, selon l’idée communément admise. Il fut décrété qu’une réforme des Sicav monétaires s’avérait indispensable. C’est chose faite. Le CESR (Comité des superviseurs de marchés européens) vient de rendre son verdict en remodelant les Sicav monétaires en deux types. Ne pourront faire partie de ces fonds que les actifs bénéficiant d’une des deux notes les plus élevées attribuées par chaque agence de rating... Indispensables et incontournables agences si bien intégrées dans le monde de la finance que rien ne peut les en chasser. Vouées aux gémonies par les superviseurs, les politiques et même l’opinion publique qui a pour l’occasion découvert leur existence, c’est tout de même à elles que les politiques font appel quand ils réforment.

A lire aussi