Six appels à candidature

le 04/11/2010 L'AGEFI Hebdo

Les six appels à candidature pour les dirigeants des trois futures autorités de supervision microprudentielles ont été publiés dans le Financial Times et The Economist uniquement. Pour des raisons d’économie, fait-on savoir à la Commission qui assure « atteindre sa cible » de cette façon. Leur salaire sera de 200.000 euros par an pour les présidents et 150.000 à 180.000 euros pour leurs directeurs généraux, soit le haut de la grille de la fonction publique européenne et pas nettement moins que leurs pairs des autorités britanniques, françaises ou néerlandaises. La répartition des rôles au sein des tandems est a priori claire. « Le président sera l’image de l’autorité vis-à-vis de l’extérieur. Mais il reviendra au directeur général de s’assurer que le programme de travail est accompli au moyen d’un déploiement de personnel adéquat et de l’utilisation d’autres ressources », indique Arnoud Vossen, actuel secrétaire général du Comité des superviseurs bancaires. Les candidats doivent se faire connaître avant la mi-novembre. Pour chaque poste, quatre « sélectionneurs » ont été désignés : deux venant des autorités nationales, deux de la Commission. Mais les short lists ne seront connues qu’au début de l’année. Le débat sur la présidence du Conseil européen du risque systémique est, lui, d’ores et déjà clos puisque le Parlement a obtenu que sa présidence revienne d’office, au moins pour un premier mandat, au président de la Banque centrale européenne.

A lire aussi