L'avis de... Larry Tabb, président fondateur du cabinet de consultants Tabb Group

« Si les coupe-circuits ne sont pas efficaces, il faudra les supprimer »

le 27/05/2010 L'AGEFI Hebdo

La mise en place d’un coupe-circuit unique sera-t-elle efficace ?

La stratégie des agence de régulation de mettre en place un dispositif unique de coupe-circuits sur l’ensemble des places de négociations est la bonne stratégie. En situation de crise, si le Nyse ralentit ou bloque les transactions, il faut que toutes les places d’échanges, y compris les dark rooms et les ATS (alternative trading systems), fassent de même. Mais si pour une raison ou pour une autre, la SEC (Securities and Exchange Commission) s’aperçoit que ces coupe-circuits ne sont pas finalement vraiment efficaces, il serait mieux alors de totalement les supprimer, même sur le Nyse.

Faut-il ralentir les marchés financiers pour éviter un nouveau krach-éclair ?

Ralentir les marchés ne résout rien quand on est dans une situation où il existe plus d’offres de vente que d’offres d’achat. Même sur des marchés lents, il y a de nombreux exemples qui montrent que quand les vendeurs paniquent, les acheteurs disparaissent et le marché s’écroule. La technologie et la vitesse d’exécution font que ces phénomènes se déroulent plus rapidement. Et puis, quand le marché n’est pas affecté par des mouvements de ce type, ralentir les transactions rend le marché plus risqué, les écarts de prix plus marqués et les coûts de trading plus importants.

Faut-il blâmer les « traders » à haute fréquence ?

Même s’il y a eu une réaction immédiate et en masse pour les accuser de ne pas avoir fourni assez de liquidités pendant le plongeon du 6 mai, nous ne pensons pas qu’ils aient une responsabilité importante dans la crise. Il est évident que les différentes technologies qu’ils utilisent ont accéléré la chute des cours. Mais ces mêmes technologies ont aussi permis un retour à la normale beaucoup plus rapide. Nous avons migré d’un marché où des gens établissaient des transactions avec d’autres gens à un marché sur lequel des machines parlent à des machines. Cette migration a été très positive pour l’ensemble des investisseurs individuels et institutionnels.

A lire aussi