L'avis de... Christophe Chouard, directeur général de HDF Finance

« Nous avons une préférence pour les gérants venant du monde alternatif »

le 27/05/2010 L'AGEFI Hebdo

L’offre en fonds « long-short equity » utilisant une enveloppe Ucits III se développe. L’industrie des fonds de fonds suit-elle aussi cette tendance ?

Effectivement, nous assistons également au lancement ou à la transformation de fonds de fonds en Ucits III. Pour notre part, nous avons passé trois de nos fonds de fonds en Ucits III dès janvier 2010 (HDF Global Equity, HDF Europe Equity et HDF Emerging Markets Equity). Cela fut d’autant plus aisé que ces produits étaient déjà gérés d’une manière proche de celle imposée par le cadre Ucits III, et nous avons ainsi été autorisés à conserver l’historique de performances de ces fonds.

A quoi attribuez-vous le développement actuel des fonds « long-short equity » en Ucits III ?

Suite à la crise, les acteurs financiers qui ont pris trop de risques ont disparu, qu’il s’agisse de fonds monétaires, de fonds small caps, voire de banques d’investissement ou d’assureurs. Les investisseurs sont donc de plus en plus attachés au respect de certaines limites, à la transparence et à la liquidité. Le principal avantage de la réglementation Ucits est justement de fixer des normes et des limites, de définir des règles, alors que l’univers des hedge funds est très hétérogène. Pour autant et heureusement, ces limites laissent néanmoins une marge de manœuvre au gérant.

Quels sont vos critères de sélection ?

Il faut toujours garder à l’esprit qu’une enveloppe Ucits apporte un niveau de garantie nécessaire, mais pas suffisant. Tout tient ensuite à la manière dont le fonds est géré. Nous nous assurons que les gérants des fonds que nous choisissons sont réactifs, avec une bonne capacité à ajuster leur exposition nette et à la faire varier selon les conditions de marché. Par ailleurs, nous avons une préférence pour les gérants venant du monde alternatif qui seront sans doute plus à même de maîtriser le cadre et les outils Ucits III. Il est très important qu’ils sachent maîtriser tant la liquidité - qui est devenue l’un des maîtres mots de la gestion - que les risques. Enfin, au niveau des stratégies, nous minimisons dans le contexte actuel le poids en fonds directionnels qui ne permettent pas d’absorber les chocs de marché.

A lire aussi