Entretien avec... Philip Whyte, économiste au Center for European Reform

« L’attention doit être portée sur les entités régulées »

le 14/01/2010 L'AGEFI Hebdo

Compte tenu de la ligne tracée par le G20 et de l’agenda législatif déjà chargé, quelle est la marge de manœuvre politique du prochain commissaire européen en charge de la régulation financière ?

Michel Barnier arrive un peu comme le remplaçant qui entre sur un terrain de sport en plein match. Il ne va pas pouvoir changer le cours des choses. Ce qu’il peut faire en revanche, c’est fixer des priorités entre les différentes initiatives réglementaires et influencer le contenu des propositions qui restent à faire.

Quelles devraient être ces priorités ?

Vu de Londres, on a l’impression déconcertante que certains en Europe croient qu’il n’y a rien de plus urgent que d’étendre la réglementation aux entités peu régulés comme les hedge funds. C’est une perte de temps et d’énergie. Ce sont les entités lourdement régulées, comme les banques, qui doivent retenir l’attention. Actuellement, les questions réellement importantes sont débattues par le comité de Bâle. Jusqu’où les banques doivent-elles être recapitalisées ? C’est une question très difficile car si personne ne doute de leurs besoins, des institutions surcapitalisées seraient un obstacle à la croissance.

L’Union européenne doit-elle avancer sur la gestion de crise et la couverture des risques de défaut des banques ?

C’est un problème politique majeur dont dépend la survie du capitalisme de marché. Les banques savent désormais qu’en cas de crise, elles seront sauvées grâce à l’argent du contribuable. Elles se trouvent à cheval entre le système de marché et l’Etat. C’est la pire situation que l’on puisse imaginer. La crise a abouti pour l’instant à augmenter le hasard moral. Je ne vois pas comment on pourrait continuer à vendre aux citoyens le modèle économique de ces trente ou quarante dernières années, si on reste dans un environnement où les banques privatisent leurs revenus et socialisent leurs pertes.

A lire aussi