Hedge funds offshore, le retour

le 25/02/2010 L'AGEFI Hebdo

Le dirigeant d’une grande société de gestion française ne cachait pas sa surprise à la lecture des nouvelles déclarations de Jean-Paul Gauzès, le député européen rapporteur du projet de directive AIFM : « Il a retourné sa veste », lâchait-il perplexe. Et c’est un fait qu’offrir au terme de quelques années aux hedge funds offshore un « accès au marché européen, grâce au passeport de leur gestionnaire », comme il le déclarait dans L’Agefi Edition de 7 heures du 22 février, a de quoi surprendre. Il s’agit ni plus ni moins du projet de la Commission européenne d’avril dernier, qui liait lui aussi ce passeport à la signature d’accords avec les places offshore concernées et contre lequel régulateurs et politiques s’étaient élevés. C’est également une déception pour les gérants d’Europe continentale, et français en particulier, qui espéraient qu’en réservant le passeport, donc le marché unique, aux fonds de droit européen, un label « fonds alternatifs européens » exportable allait émerger.

A lire aussi