La Fed sous le feu des critiques

le 14/01/2010 L'AGEFI Hebdo

Ben Bernanke veut-il se construire une réputation, celle du banquier central provocateur ? En déclarant lors de l’assemblée annuelle de l’Association économique américaine le 4 janvier que « les liens entre la politique monétaire des années 2000 et la hausse des prix immobiliers étaient faibles » et que « la meilleure réponse à une bulle immobilière est la régulation, non la politique monétaire », il a provoqué un tollé chez les économistes et les éditorialistes américains. Il y a quelques années déjà, il avait expliqué que les Etats-Unis n’étaient pas responsables de leur énorme déficit courant. La faute en revenait à l’excès d’épargne du reste du monde… Cette fois, le discours fleuve du président de la Fed pour dédouaner la politique de taux bas dans la formation de la bulle immobilière a suscité un flot de réactions indignées. Ces récriminations font écho aux reproches de plus en plus nombreux adressés à Ben Bernanke et à la Réserve fédérale en provenance du Congrès américain.

A lire aussi