La Banque centrale européenne craint les effets de second tour

le 17/03/2016 L'AGEFI Hebdo

L’institution monétaire se montre soucieuse de l’impact de la baisse des cours du pétrole et de l’inflation zéro sur les salaires.

Tout faire pour éviter que la relation prix-salaires n’enclenche un mouvement baissier irrémédiable. Dans le contexte actuel d’indices des prix inanimés et de rares hausses de salaires réservées à quelques secteurs, la chute des cours du pétrole fait craindre un enchaînement fatal qui...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Hebdo

A lire aussi