L'avis de… Jean-René Giraud, directeur général de Koris International

« Un fonds non transparent ? Sa place est sur le marché ! »

le 18/12/2014 L'AGEFI Hebdo

« Un fonds non transparent ? Sa place est sur le marché ! »
Jean-René Giraud, directeur général de Koris International
(DR)

Que penser de toutes les initiatives actuelles en faveur de la cotation de fonds ?

Les marchés financiers ont vocation à financer l’économie, donc à rendre plus liquides des parts d’entreprises qui, par définition, le sont assez difficilement. Partant de là, un fonds d’investissement, transparent ou non, peut tout à fait trouver sa place sur le marché. Si on s’y oppose au prétexte qu’il ne serait pas assez transparent, comment peut-on accepter que soient cotées les parts de sociétés sur le bilan desquelles on n’a pas de transparence quotidienne ? Ces titres font pourtant l’objet de contrats d’animation de marché.

Qui s’y oppose, selon vous ?

On peut imaginer que les acteurs de la gestion active ne soient pas heureux de voir d’autres fonds actifs se coter en Bourse avec des frais de gestion et surtout de distribution inférieurs. Les régulateurs peuvent aussi craindre le risque d’un « événement » qui révélerait une différence trop importante entre la valeur de marché des parts de fonds et la valeur des actifs sous-jacents. Ce serait pourtant bien le rôle du marché de permettre l’ajustement de la liquidité par une prime de risque qui y soit directement liée. Ceci dit, s’en tenir à un processus de négociation « NAV-based trading », sans réelle prime ou décote en fonction de l’offre ou la demande, atténue l’intérêt de s’en remettre au marché.

A lire aussi