Le tiers de la dette souveraine en euros en taux négatif

le 16/10/2014 L'AGEFI Hebdo

Moins. Dans une étude visant à analyser les conséquences de la décision de la Banque centrale européenne d’appliquer un taux négatif à la facilité de dépôt en juin 2014, Bank of America Merrill Lynch (BoAML) indique que 30 % du marché obligataire souverain domestique en euros traite avec des rendements négatifs. Pour la dette publique allemande, ce chiffre monte à 46 %, souligne BoAML. Les investisseurs doivent désormais se déplacer sur la courbe des taux au-delà de 4 ans pour trouver du rendement positif. Dit autrement, poursuit le document, les investisseurs doivent payer les gouvernements de la zone euro pour détenir 1.300 milliards d’euros de dette incluant les bons à court terme. Pour éviter des rendements négatifs, ils doivent prendre plus de risque de duration et plus de risque de crédit. Si les banques et les banques centrales décidaient de rechercher du rendement positif, cela créerait une demande de duration et de risque périphérique comprise entre 400 et 600 milliards d’euros.

A lire aussi