L’Européenne n’est pas l’égale de l’Européen

le 12/03/2015 L'AGEFI Hebdo

Statut. Les femmes salariées gagnaient en moyenne 16 % de moins que leurs homologues mâles en 2013 dans l’Union européenne, indique un communiqué d’Eurostat à l’occasion de la Journée internationale de la femme du 8 mars. L’écart de rémunération varie beaucoup selon les pays. De moins de 5 % en Slovénie, il passe à plus de 20 % en Estonie, en République Tchèque et dans le monde germanophone, Allemagne et Autriche. Les différences ne s’arrêtent pas aux salaires. « Bien que représentant 46 % des personnes occupées, les femmes sont sous-représentées (33 %) parmi les directeurs, cadres de direction et gérants… En revanche, deux employés de bureau sur trois sont des femmes. » De plus, une femme sur trois (31,8 %) travaille à temps partiel contre moins d’un homme sur dix. Le travail à temps partiel accroît le taux d’emploi des femmes (62,6 % en moyenne dans l’UE), ce qui amène Eurostat à souligner que le constat d’un taux d’emploi des femmes élevé (plus de 70 %) en Suède, en Allemagne, au Danemark, aux Pays-Bas et en Autriche s’accompagne du constat que ces pays présentent une proportion de femmes travaillant à temps partiel largement supérieure à 30 %. L’Allemagne et l’Autriche battent tous les records avec une femme sur deux occupant un poste à temps partiel. La France présente des statistiques et un classement peu ou prou « dans la moyenne » de l’Union européenne, mais favorable aux femmes. Les Françaises présentent un taux d’emploi (65,6 %) supérieur à la moyenne et une statistique pour le temps partiel (30,3 %) inférieure.

A lire aussi