La France donne des gages à Bruxelles en matière d’économies

le 24/04/2014 L'AGEFI Hebdo

RIGUEUR. Le Premier ministre Manuel Valls a communiqué le 16 avril les détails du plan de 50 milliards d’euros d’économies sur les dépenses publiques à réaliser entre 2015 et 2017, annoncé par le président de la République François Hollande le 14 janvier, afin de permettre une baisse de la fiscalité et des cotisations sociales et de redresser les finances publiques. « Nos dépenses publiques représentent 57 % de la richesse nationale, nous ne pouvons pas vivre au-dessus de nos moyens », a-t-il déclaré. Les chiffres donnés sont légèrement différents de ceux annoncés lors de sa déclaration de politique générale le 8 avril : 18 milliards d’euros pour l’Etat, 11 milliards pour les collectivités territoriales, 10 milliards pour l’assurance maladie et 11 milliards pour la protection sociale. Une partie de ces économies résulteront de réformes déjà engagées de la protection sociale (3 milliards d’euros), mais certaines dépendent de négociations entre partenaires sociaux (2 milliards pour l’assurance chômage et 2 milliards pour les retraites complémentaires).

Le Premier ministre a aussi réaffirmé que la France respecterait ses engagements de réduction de déficit public. Le projet de loi de finances 2014 prévoit un déficit de 3,6 % du PIB cette année et de 2,8 % en 2015. Mais le ministre des Finances Michel Sapin a confirmé le 17 avril que la France avait obtenu de ses partenaires européens « un rythme un peu moins rapide de diminution », tout en redescendant sous la barre des 3 % en 2015. Le programme de stabilité 2014-2018, présenté au Conseil des ministres le 23 avril, devrait être soumis au vote de l’Assemblée nationale le 30 avril.

A lire aussi