Les entreprises moyennes confirment leur influence

le 02/04/2015 L'AGEFI Hebdo

Poumon. Quand le Premier ministre Manuel Valls met l’emploi au cœur de ses priorités, il se tourne vers les PME. Rien d’étonnant. « Les entreprises de taille moyenne sont la colonne vertébrale et le poumon de nos économies », selon la première étude mondiale réalisée par HSBC et Oxford Economics sur le segment des entreprises réalisant entre 50 et 500 millions de dollars de chiffre d’affaires. Cette étude confirme au niveau mondial ce que révélaient celles réalisées au niveau domestique. Dans les 15 pays étudiés, les 161.800 entreprises de taille moyenne (ETM) dénombrées en 2012 réalisent un chiffre d’affaires de 16.600 milliards de dollars et contribuent au PIB (en fonction de leur valeur ajoutée brute globale, en direct, via la chaîne logistique ou la consommation) à hauteur de 11.500 milliards. En relatif, leur contribution va de 20 % à 39,5 % du PIB. C’est en France qu’elles affichent la plus grande part du PIB, devant la Turquie et la Grande-Bretagne. Les 9.290 ETM de l’Hexagone enregistrent un chiffre d’affaires de plus de 1.000 milliards de dollars et emploient 2,7 millions de personnes. L’Allemagne compte plus d’entreprises (11.920) et un chiffre d’affaires plus élevé (1.334 milliards) mais les ETM françaises sont les plus productives de l’échantillon des 15 pays. Le nombre d’ETM est lié à la taille de l’économie (55.700 entreprises aux Etats-Unis, 40.160 en Chine). Les entreprises moyennes vont être plus nombreuses dans les segments à évolution rapide et les plus innovants. De même, la contribution des ETM à la croissance d’un pays dépendra de son développement économique. Celui-ci influençant sa structure industrielle (domination du secteur primaire, secondaire ou tertiaire) et par là même la contribution économique de ses ETM.

A lire aussi