Contre-emplois

le 18/09/2014 L'AGEFI Hebdo

Au vu de la composition de la Commission, il faut constater que Jean-Claude Juncker aime les contre-emplois. Aux Affaires économiques et monétaires, il a nommé - sous forte pression de Paris il est vrai - Pierre Moscovici, pourtant chargé de mettre en œuvre la plus formidable erreur de politique économique de l’Après-guerre en France, avec la hausse massive des impôts de 2012. Il a également estimé judicieux de nommer aux Affaires financières un Britannique : le fait que Londres conteste vigoureusement, y compris devant les tribunaux, un nombre incalculable de réformes bruxelloises en la matière lui a apparemment échappé. Heureusement que la Russie ne fait pas partie de l’Union. Car en bonne logique, il n’aurait pas manqué de nommer un Russe à la vice-présidence du respect de la loi et des droits fondamentaux.

A lire aussi