Une autre vision du « green bond », indexé à un panier d’actions

le 13/11/2014 L'AGEFI Hebdo

Solution initiée par la Banque mondiale et BNP Paribas CIB à des obligations peu rémunératrices, d’autres émissions devraient être placées d’ici à fin 2014.

C’est un green bond d’un genre nouveau qu’ont souhaité initier la Banque mondiale et BNP Paribas Corporate and Investment Banking. Il y a quelques semaines, la banque de financement annonçait la mise sur pied d’une solution financière innovante : une émission verte d’une maturité de 10 ans, assortie non pas d’un coupon annuel mais de la participation à la performance d’un indice actions « éthique ». Une réponse à un contexte obligataire particulièrement peu porteur. BNP Paribas Cardif, une des compagnies d’assurances de la banque, a ainsi souscrit à la fin de l’été, à hauteur de 50 millions d’euros, à cette première émission pour alimenter son fonds général. Début octobre, un grand institutionnel allemand lui emboîtait le pas et injectait 10 millions d’euros dans une obligation similaire moyennant une maturité de 12 ans. Au-delà de l’opportunité financière offerte, l’aspect socialement responsable du produit a su séduire.

Forte du constat d’une demande croissante des investisseurs pour des solutions socialement responsables, la BFI française a œuvré, il y a deux ans, avec Vigeo et un cabinet de conseil belge, Forum Ethibel, à la mise sur pied d’un indice propriétaire « responsable », Ethical Europe Equity, calculé par le fournisseur Solactive. « Le 15 avril 2013, cet indice était ainsi décliné au travers de produits à capital garanti proposés à des institutionnels ou à des réseaux de distribution à destination d’une clientèle ‘retail’ et de banque privée », retrace Renaud Meary, responsable des produits structurés actions chez BNP Paribas CIB.

Parallèlement à cette initiative, la Banque mondiale, qui lutte activement contre le changement climatique, s’est imposée depuis 2008 comme grand émetteur de green bonds. Sur les sept dernières années, l’institution a ainsi mobilisé plus de 7 milliards de dollars par le biais de 77 émissions d’obligations vertes libellées dans 17 monnaies différentes. Les capitaux levés nourrissent des projets menés aux quatre coins du monde : amélioration de l’approvisionnement en eau dans les zones rurales en Tunisie, création des systèmes de contrôle des inondations en Chine, développement de transports publics éco-énergétiques en Colombie et au Mexique…

Capital garanti

En s’associant avec BNP Paribas CIB, il s’agit pour l’établissement international de mettre au point « sa première obligation verte liée à un indice actions », explique Doris Herrera-Pol, directrice de Global Capital Markets de la Banque mondiale. Une nouvelle étape dans le développement de ce marché « qui élargit la base des investisseurs à ceux qui cherchent à tirer parti de la performance financière d’un indice actions éthique », poursuit-elle.

L’objectif de la solution financière est d’offrir à échéance le capital versé majoré de la performance de l’indice. Même si, à maturité, Ethical Europe Equity sous-performe, le capital de départ sera intégralement versé. Ce produit de dette à capital garanti (EMTN Euro Medium Term Note) est la combinaison d’une base obligataire de premier rang notée AAA, ici la Banque mondiale, qui assure la préservation du capital, et d’une option sur la performance de l’indice. Cette option versera dans 10 ans (ou 12 ans pour le cas de l’investisseur allemand), la performance de l’indice… ou rien en cas de décrochage. Moteur de performance de cette émission, l’indice « surperforme depuis le début de l’année l’EuroStoxx 50 de près de 5 % », souligne, confiant, Renaud Meary. Benchmark socialement responsable, « son univers d’investissement est créé d’une sélection de 700 actions fournies par Vigeo », précise Barbara Mahé, responsable communication de Solactive. Puis ces actions sont passées par le tamis de Forum Ethibel qui retient une quarantaine d’actions les plus performantes selon les critères ESG (environnement, social et gouvernance) et non impliquées dans des activités controversées (tabac, jeux, nucléaire…). Un ultime filtre, financier cette fois, « permet de garder 30 valeurs selon leur niveau de liquidité, de volatilité et de rendement de dividendes », ajoute la jeune femme.

Retenir des actions à la volatilité la plus basse est déterminant, car cette volatilité conditionne le prix de l’option : plus la volatilité du titre sous-jacent est contenue, plus le coût de l’option sera bas. « De plus, on observe en général que les actions à volatilité réduite offrent le meilleur rendement sur une période de moyen/long terme », relève Renaud Meary. La composition de l’indice est revue tous les trois mois. Après ces deux émissions, la BFI devrait « filer la métaphore » : d’ici à décembre, d’autres initiatives similaires portées par BNP Paribas CIB seront lancées en tandem avec la Banque mondiale.

40,84milliards de dollars, c’est l’estimation du poids du marché des "green bonds" à fin août. Ce marché devrait augmenter de 40 milliards dollars d’ici à la fin de l’année et de 100 milliards en 2015.
Source : The Climat Bonds Initiative

A lire aussi