Les marchés actions plongent

le 12/03/2020

traders sur le Nyse
(Traders sur le Nyse. © EU EC Bryan R. Smith)

Cela s'apparente de plus en plus à un krach. Les marchés actions plongent de nouveau jeudi après-midi, en réaction à la fermeture partielle des frontières américaines décidée mercredi soir par Donald Trump et par l'annonce de mesures de la Banque centrale européenne jugées insuffisantes.

Peu après 15h, le CAC 40 plonge de 10,10% à 4.144,48 points. L'indice de la Bourse de Paris a perdu jusqu'à 11,44% en début d'après-midi. L'indice Stoxx Europe 600 perd près de 10%.

A Wall Street, les échanges ont été temporairement suspendus après une ouverture en forte baisse. Une interruption automatique des échanges est déclenchée à Wall Street en cas de baisse de plus de 7% de l'indice S&P 500. Vers 15h00, le S&P 500 perdait 7,5%.

Actions insuffisantes

Les marchés craignent que les mesures annoncées par Donald Trump pour endiguer l'épidémie, s'ajoutant à celles déjà prises en Italie, pénalisent lourdement l'activité des entreprises et l'économie dans son ensemble. Les investisseurs sont également déçus que Donald Trump n'ait pas expliqué de façon précise comment il compte déployer un plan de relance économique.

L'ensemble de mesures de soutien annoncées par la Banque centrale européenne (BCE) est «décevant», estime Marchel Alexandrovich, économiste pour l'Europe chez Jefferies. «De meilleures conditions pour le TLTRO, mais pas de baisse des taux et seulement 120 milliards d'euros d'assouplissement quantitatif supplémentaire jusqu'à la fin de l'année», souligne-t-il. La question clé lors de la conférence de presse de la présidente de la BCE, Christine Lagarde, devrait être la suivante : «Que fera la BCE si la crise s'aggrave ?", indique-t-il. «A première vue, les mesures officielles sont bien en deçà de ce qu'elles auraient dû être», ajoute l'économiste.

Baisse des prévisions économiques de la BCE

La BCE a nettement revu à la baisse sa prévision de croissance pour la zone euro en 2020, a annoncé jeudi sa présidente Christine Lagarde.

La présidente de la Banque centrale européenne a indiqué que l'institution européenne tablait sur une croissance de 0,8% en 2020, 1,3% en 2021 et 1,4% en 2022. En décembre l'institution prévoyait une croissance de 1,1% en 2020 et de 1,4% en 2021 et 2022. «Les mesures prises pour contenir» l'épidémie de l'épidémie coronavirus «affectent l'économie», a déclaré Christine Lagarde.

L'institution européenne a maintenu ses prévisions d'inflation par rapport à ses projections de décembre: à 1,1% en 2020, à 1,4% en 2021 et à 1,6% en 2022.

Sur le même sujet

A lire aussi