Des régulateurs toujours vigilants

le 12/03/2008

La nouvelle intervention des banques centrales est bienvenue non seulement parce que les marchés tendaient à reprendre une très mauvaise route mais aussi parce qu’elle remet en lumière leur capacité à agir de conserve dans les grandes occasions. Les tensions réapparues dans certains compartiments clés des marchés de crédit menaçaient de susciter une nouvelle crise grave pour certains de ses acteurs. La dégradation des rapports entre banques et fonds d’investissement pouvait conduire à des ventes d’actifs précipitées et à une redoutable spirale de baisse des cours. Outre la coordination des actions, la forme qu’elles prennent, avec l’usage nouveau des T Bonds et l’élargissement de la gamme d’actifs admis comme collatéraux, prouve que la Fed et ses partenaires demeurent prêts à toutes les adaptations. Cette preuve de concertation est d’autant mieux venue que, sur le terrain tout aussi capital de la politique monétaire, les divergences entre la Fed et la BCE se creusent de plus en plus ouvertement. Entre l’une qui considère que la situation requiert une baisse des taux accélérée et la BCE qui ne jure que par le risque inflationniste et va jusqu’à critiquer à mots couverts la baisse du dollar, les marchés étaient en droit de se demander si le dialogue inter-régulateurs n’était pas moribond. Si l’intervention d’hier ne tranche pas le débat monétaire de fond, il permet au moins de rassurer à court terme quant à la vigilance des régulateurs.

A lire aussi