Le phénomène de fuite vers la qualité profite aux Bunds à 10 ans

le 11/03/2008

L’écart de rendement entre titres d’Etat de la zone euro atteint des niveaux inégalés

Le rally obligataire bat son plein en Europe. Pour la troisième journée de bourse consécutive, les craintes d’éventuelles répercussions sur la croissance économique européenne de l’ébranlement du billet vert, ainsi que la crise de crédit, ont favorisé le phénomène de fuite vers la qualité au profit des titres souverains. Cependant, ce mouvement particulièrement violent se fait d’une manière des plus hiérarchisées. De fait, le vent de panique des investisseurs profite aux obligations allemandes qui continuent de tirer leur épingle du jeu au détriment des classes d'actifs risqués et autres dettes d'Etat.

De fait, le Bund 10 ans, de coupon 4 % et de maturité janvier 2018, a touché un cours record de 102,165, contre un récent plus bas de 97,035 le 27 décembre 2007. La crise de confiance actuelle sur les marchés financiers amène les gérants à privilégier les dettes longues aux dettes courtes, l'écart des taux 10 ans-2 ans s'établissant à 54 points de base (pb). Les obligations allemandes de maturité décembre 2009 reculaient hier de 8 pb à 3,186 %. Le rendement des titres d’Etat d’outre-Rhin a baissé à un niveau plancher de 3,73 % bien en dessous de ceux de leur homologues français (3,96 %), néerlandais (4 %), espagnol (4,02 %), grecques (4,40 %) ou encore italiens (4,35 %).

De fait, le 28 février dernier, date à laquelle le rendement du Bund 10 ans a atteint le seuil symbolique des 4 %, l’écart de taux avec les OAT 10 ans était de 10 pb. Ce dernier a atteint hier 23 pb, un record depuis 1998. L’écart avec les rendements néerlandais et espagnols s'élève dans l’ordre à 27 et 29 pb. La défiance du marché affecte tout particulièrement les obligations d’Etat grecques et italiennes avec des écarts de taux de 67 et 62 pb, contre 24 et 17 pb fin février.

La dégradation de l’évolution des différentiels de rendement met en évidence l’afflux massif des investisseurs sur le marché de la dette souveraine allemande, l’Allemagne étant l’économie au sein de la zone euro montrant le plus de résistance à la baisse du dollar et la crise des marchés comme en témoignent les statistiques du Bureau fédéral d'outre-Rhin. Les exportations allemandes ont bondi trois fois plus qu’attendu en janvier, les ventes à l’étranger ayant crû de 3,8 % depuis décembre contre 1% pour le consensus.

A lire aussi