« Nous favorisons les secteurs les plus défensifs en cette période de volatilité élevée »

le 11/02/2008

explique Frédéric Dodard, directeur du pôle allocation d'actifs chez State Street Global Advisors

L’Agefi : La forte volatilité actuelle des marchés boursiers vous incite-t-elle à adopter un portefeuille plus défensif ?

Frédéric Dodard : Nous continuons à favoriser les secteurs les plus défensifs en cette période de volatilité élevée. Nous pensons que l’incertitude va durer au moins jusqu’à la fin de l’année, si ce n’est jusqu’au début du deuxième trimestre 2009 et dans ce contexte il est préférable de favoriser: le secteur de la consommation de base, la pharmacie, les télécommunications, les services aux collectivités et l’énergie. Tous les autres secteurs peuvent être largement sous-pondérés. A un niveau plus global, nous préférons les grandes capitalisations au petites et les grands marchés par rapport aux moins liquides. Le marché d’actions nord-américain continue à tirer son épingle du jeu et nous recommandons à nos clients de réallouer leur allocation dans cette région au détriment de l’Europe.

Fortement sous-pondérés sur les valeurs financières, quand pensez-vous renforcer ce compartiment ?

Lorsque des signes de nette amélioration de la situation financière globale seront présents ou bien des signaux de capitulation des marchés seront manifestes (à l’image de ce qui s’est passé le fameux lundi noir du mois de janvier). Avec la baisse des marchés d’actions et l’assèchement du crédit, il y a fort à parier que les financières vont continuer à souffrir pendant tout le premier semestre et certainement au-delà, si un marché baissier s’installe plus durablement. Il n’y a aucune urgence à revenir sur ce compartiment de la cote. Nous souhaitons insister sur le fait que tout indicateur de valorisation sur les financières est un leurre et constitue ce que les anglo-saxons appellent un value trap. A mon avis, les investisseurs auront plus de visibilité sur l’impact de la crise financière actuelle au milieu du deuxième trimestre, je recommande d’attendre jusque-là.

A lire aussi